Islam ostracisé et laïcité : “bonne année 2015… après Jésus-Christ !” | François de Hauteville

L’hypocrisie ambiante impose que nous fassions semblant de ne pas voir les problèmes, comme nous faisons semblant de ne pas comprendre que la misislamie devient chaque jour plus prospère et plus violente. Les musulmans persécutés aujourd’hui en France… ça court les rues. Mais il faut accuser la presse car son parti-pris engendre des conséquences qui font que l’Islam est ostracisé et mis à l’index. Une simple petite preuve de rien du tout mais qui en dit long :

« Bonne Année, bonne santé ! » Qui de nous n’a pas lancé ces formules afin de fêter une le nouvel an ? Mais plus encore, la presse qui, à l’approche de l’événement, commerce obligeant, ne cesse de nous le rappeler.

« Évidemment ! Crierez-vous, offusqué. Ne doit-on pas présenter nos vœux, que diable ? ».

– Oui, en effet ! Mais ne disions-nous pas que nous étions dans un État laïc ?

– État laïc ? Mais… quel rapport ? Vous mélangez tout !

– Le rapport est pourtant simple… sauf si vous faites semblant de ne pas le voir… ou si vous êtes inculte !

– Ah bon ? Alors expliquez-nous cela… Monsieur « je sais tout » !

– Nous sommes en l’an 2015, n’est-il ?

– Oui !

– Par rapport à quoi ou à qui ?

– A la naissance de Jésus-Christ, pardi !

– Et vous trouvez normal que notre État, laïc de surcroît, doive avoir une référence… religieuse ?

– Oh… vous abusez, là ! Tout le monde utilise cette date… même vous !

– Je l’utilise parce qu’on me l’impose. Mais ce n’est pas parce que tout le monde le fait que cela soit conforme au principe constitutionnel. Et puis… je parle de l’État laïc que nous croyons être.

– Et selon vous… quel calendrier utiliser ?

– Le calendrier républicain, tout simplement, lequel était en cours au début de la Révolution. Ceci pour être conforme  à cette laïcité dont on se prévaut. Laïc ou pas laïc telle est la question !

Aujourd’hui, néanmoins on ne rappelle ce principe que dans un contexte bien précis : pour faire opposition à l’Islam. Autre preuve que cette religion est ostracisée :

Nous fêtons donc le nouvel an… chrétien… voilà une première entorse à la laïcité. Mais on se rattrape… puisque la presse et les médias nous gratifient chaque année du nouvel an chinois… puis du nouvel an indien… mais encore de Rashashana, le nouvel an juif… et même de sukkhot, de la pâque, de l’assomption, de ganesha, qui sont d’autres fêtes… toutes… religieuses !

Voilà qui est bien… et qui montre que l’on accorde de l’importance à toutes les religions… ce qui me paraît être très « laïc » Mais dans ce concert… a-t-on parlé du nouvel an musulman, Awal Moharram ? Que nenni ! Jamais ! Qu’est-ce à dire ? On est en droit d’annoncer toutes les nouvelles années, dans toutes les religions sauf dans la musulmane ? Et ça ose se prétendre un État laïc ? Et ça re-ose se re-prétendre un État de droit ?

François de Hauteville

Partagez :