Le maire de Roanne ne veut que des réfugiés chrétiens et surtout pas de musulmans

Le maire de Roanne ne veut que des réfugiés chrétiens et surtout pas de musulmans

Après une première déclaration sur une radio, le maire de Roanne a récidivé sur FranceTV.

En effet, celui-ci n’a pas hésité à déclarer qu’il n’accueillerait que des réfugiés … chrétiens.

Évidemment l’élu des “Républicains” s’est retranché derrière des prétextes sécuritaires pour justifier son islamophobie et sa haine anti-musulmane.

«Ce que je souhaite c’est qu’on puisse avoir l’absolue certitude que ce ne sont pas des terroristes déguisés, c’est la raison pour laquelle je pense que demander ça, et que ce soit des chrétiens, peut représenter une garantie suffisante.»

Il faut selon lui donner priorité aux

«réfugiés chrétiens et yézidis, car nous sommes sûrs que ces minorités religieuses sont persécutées par les djihadistes.»

Le maire Yves Nicolin a ensuite insisté en se lançant dans une véritable théorie complotiste :

«Qui nous dit que, parmi ces réfugiés, ne se cachent pas des membres du groupe Etat islamique (EI) qui ont décidé de prendre le chemin de l’Europe avec de mauvaises intentions ?»

Et pour finir le brillant maire Yves Nicolin en arrive presque à damnder la “questionnette” tant prisée du temps de l’inquisition et suggère un véritable QCM anti-musulmans.

«Il suffit de leur poser deux ou trois questions sur le christianisme pour vérifier»

On aura compris qu’en France de 2015 comme sous la France de Vichy il n y a qu’une question qui obsède et, aujourd’hui, c’est bien la musulmane. Au vu de telles déclarations et de l’absence de condamnations sérieuses, on est désormais en droit de se demander jusqu’où ses réflexes hérités d’une autre époque pourront aller.

Dans une France qui compte aujourd’hui une minorité musulmane de plus de 10 millions de personnes musulmanes, les appels à la haine et à l’apartheid de responsables politiques et de personnalités publiques n’auront jamais été aussi important que ces dernières années.

Les condamnations ? Jamais aussi faibles. Le pire est donc sans doute à venir.

Partagez :