LA RÉPONSE D’IMANA JJB, LE CLUB DE SPORT ACCUSÉ DE SÉPARATISME ! #VIDÉO #CONTRE ENQUÊTE

LA RÉPONSE D’IMANA JJB, LE CLUB DE SPORT ACCUSÉ DE SÉPARATISME ! #VIDÉO #CONTRE ENQUÊTE

Il y’a quelques jours, une “enquête” sur le club de ju-jitsu brésilien Imana JJB à Savigny-le-Temple en Seine-et-Marne a été publiée par le Parisien.

Le journaliste infiltré décrit dans l’article un club ”communautariste” qui serait fermé aux individus non musulmans.

Le journaliste rapporte de supposés propos antisémites de la part de jeunes adhérents, ainsi qu’un prétendu refus d’accepter les femmes.

Le journaliste est également choqué que dans le groupe WhatsApp du club, Abdallah, le coach, prenne des nouvelles de ses adhérents durant le confinement et organise des séances de sport par vidéo.

Un policier “spécialisé” dans la ”radicalisation” appuie le témoignage du journaliste en qualifiant la bienveillance du professeur de sport de volonté ”d’emprise”. 

Cette enquête, d’une qualité pourtant médiocre, a pris une grande ampleur puisque le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin l’a partagée sur Twitter comme une preuve du ”séparatisme de l’islamisme radical”.

Aussitôt, les médias se sont emparés de l’affaire et déchainés sur les plateaux télévisés.

Pascal Praud, connu pour ses sorties islamophobes sur la chaine CNEWS, a même proféré un appel à la haine en donnant la localisation du club de sport, demandant à la police de s’y rendre directement.

Pour donner un droit de réponse au club de sport et à ses responsables, professeurs et adhérents victimes de diffamation, Islamotion a décidé de réaliser une contre-enquête.

Dans cette vidéo de quinze minutes publiée sur Youtube, la chaine a filmé les séances de sport au club Imana JJB, ainsi que des témoignages d’adhérents, de parents d’élèves, de responsables et de professeurs.

Contre toute attente, la fameuse enquête du Parisien s’est avérée n’être en réalité qu’un tissu de mensonges.

Abdallah, instructeur du club cité dans l’article du Parisien, témoigne de la fourberie du journaliste qui s’est présenté à lui comme atteint d’une dépression après une rupture difficile, souhaitant un nouveau départ. 

Le coach l’a alors pris sous son aile, lui apportant tout son soutien, jusqu’à se lier affectivement avec lui.

Pour lui, il s’agit d’une trahison puisqu’après l’article, son adresse ainsi que sa photo ont fuité le mettant, lui et sa famille, directement en danger.

Quant à Samir quelle surprise pour lui d’avoir été attendu à son domicile par sept policiers après une plainte du Parisien contre lui…

Le co-fondateur du club n’avait demandé à une des rédactrices en chef qu’un ”droit de réponse”.

Le club qui serait connu pour des faits de ”communautarisme” n’est en réalité connu que pour son palmarès puisqu’il comprend de nombreux champions nationaux et internationaux.

Alors que le journaliste déplorait le fait que les non musulmans n’étaient pas acceptés et que l’antisémitisme était monnaie courante au club, les témoignages ont démontré le contraire.

C’est ainsi que Mélissa, une adhérente athée, explique qu’il n’y a jamais eu de problèmes quant au fait qu’elle soit une femme et qu’elle ne soit pas musulmane.

Dans les images prises par Islamotion, nous pouvons la voir lutter corps à corps avec d’autres adhérents de sexe masculin ainsi que les étreindre après l’entrainement.

Michael, qui a eu une éducation juive, explique qu’il n’avait jamais été inquiété pour ça au club.

Patrice, chrétien, n’a également fait l’objet d’aucune remarque quant à sa religion et ses nombreux tatouages.

Sylvie, maman d’élèves inscrits au club, déclare qu’il n’y a jamais eu de propagande religieuse au club, et décrit le coach Abdallah comme exemplaire.

Nous avons également des témoignages touchants comme celui de Reynald, qui était auparavant en situation de surpoids et qui a perdu plus de trente kilos grâce aux entrainements et au soutien du club.

Le club Imana JJB de Savigny-le-Temple, contrairement aux dires des médias, est donc un bel exemple de solidarité, de respect, de tolérance, de partage et de performance.

Partagez :