LE NOUVEAU PREMIER MINISTRE JEAN CASTEX ISLAMOPHOBE ? #VIDÉO

LE NOUVEAU PREMIER MINISTRE JEAN CASTEX ISLAMOPHOBE ? #VIDÉO

Jean Castex, qui a été nommé premier ministre ce 3 juillet, a fait une arrivée remarquée au gouvernement, mais aussi dans les médias.

Car une fois n’est pas coutume.

En à peine deux jours de mandat, le premier ministre a décidé de perpétuer la tradition française en plaçant le supposé ”communautarisme” au cœur du débat. 

Il semblerait donc que Jean Castex n’ait pas assez à faire avec la pandémie qui a gravement touché la France.

En effet, dans le 20h de TF1, le nouveau premier ministre a insisté sur ses ”valeurs”. Il a ainsi évoqué, avec beaucoup de force, la laïcité mais aussi son intolérance face à ”certains comportements, certaines déviances, certains replis sur soi, certains communautarismes”.

Il est évident que lorsque Jean Castex parle de communautarisme et de déviances, c’est la communauté musulmane qu’il vise.

En effet, la notion de “communautarisme” a souvent été utilisée dans les médias et par les politiques comme une accusation pour contraindre les musulmans à ne pas lutter pour leurs droits et leur émancipation.

Mais ce n’est pas tout. 

En effet, le premier ministre a également abordé la notion de responsabilité. Selon lui, les français ne peuvent pas ”tout attendre de l’Etat”.

Jean Castex, à l’heure où une crise économique et sociale se profile à l’horizon après les ravages de la crise sanitaire, semble signifier aux français que l’Etat n’en est pas responsable et qu’il ne sera pas présent pour les accompagner dans ”l’après coronavirus”. 

Une autre manière, encore plus méprisante, de faire comprendre que l’Etat n’assumera pas son rôle d’entraide et de solidarité envers les franges de la population les plus démunies et préférera aider les grandes sociétés à coup de milliards alors que celles-ci licencient en masse.

La notion d’autorité mentionnée par le premier ministre est également malvenue, d’autant qu’une vague de protestations contre le racisme et la violence des ”forces de l’ordre” agite une partie du monde.

Il semblerait ainsi que “Monsieur Déconfinement”, comme est surnommé Jean Castex, soit sorti de l’ombre non seulement pour continuer à stigmatiser les minorités visibles ou musulmanes, mais aussi pour donner des leçons aux français.

Ces éléments semblent constituer la recette parfaite pour être adoubé par la République française.

En effet, alors qu’Emmanuel Macron avait presque promis de nommer une femme ou une figure plus écologiste au titre de premier ministre, le président a choisi de s’entourer de l’exact opposé.

Rien de surprenant de la part d’un président à l’origine de la réforme des retraites, des lycées,  et de Parcoursup.

Un président méprisant son peuple, notamment le personnel soignant et enseignant et les Gilets Jaunes, arguant qu’il suffirait de ”traverser la route” pour trouver un travail.

Un président soutenant Zemmour tout en faisant le choix d’ignorer les exactions à l’encontre de la minorité musulmane.

Un président qui a choisi comme ministre de l’intérieur Christophe Castaner, soutien indéfectible à la police accusée de racisme, jusqu’à réhabiliter la clef d’étranglement ayant fait de nombreuses victimes.

Mais aussi Jean Michel Blanquer, ministre de l’éducation proche de Jean Castex et de Brigitte Macron, qui semble plus occupé à élaborer des stratégies pour surveiller les enfants musulmans plutôt qu’à protéger les écoliers et le personnel enseignant du virus.

Jean Castex semble donc remplir toutes les conditions requises pour succéder à Edouard Philippe. 

L’après coronavirus sera difficile à envisager pour la communauté musulmane française qui devra non seulement faire face à une crise sociale et économique, mais aussi s’attendre à une focalisation accrue sur l’Islam.

Partagez :