www.humanappeal.fr/

Bangladesh : plus de 1 000 rohingya identifiés comme esclaves voire esclaves sexuels (ONU)

www.tawhidtravel.com

Les filles réfugiées Rohingya sont vendues aux travaux forcés afin de collecter des fonds pour les familles désespérées dans des camps surpeuplés au Bangladesh , selon l’ agence de migration des Nations Unies .

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré avoir identifié 99 cas de traite des êtres humains au cours de l’année écoulée depuis septembre 2017, bien qu’elle ait averti que le nombre réel était probablement beaucoup plus élevé.

Parmi les victimes, 35 étaient des filles et 31 des femmes, a indiqué l’OIM dans un rapport cette semaine. Trente et une filles se sont retrouvées astreintes à un travail forcé, tout comme 26 femmes.

“Les histoires que nous entendons souvent sont des personnes vulnérables contactées par des trafiquants avec de fausses promesses de travail et une vie meilleure”, a déclaré la porte-parole de l’OIM, Dina Parmer, ajoutant que certains réfugiés n’étaient pas conscients des risques.

“D’autres peuvent être conscientes que c’est dangereux, mais ont le sentiment que leur situation est si désespérée qu’elles sont disposées à prendre des mesures extrêmes, peut-être en sacrifiant un membre de la famille pour le bien de la famille”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Le reste des victimes de la traite se composait de 25 hommes adultes et de huit garçons forcés à travailler. Cinq femmes et quatre filles se sont retrouvées dans des situations d’exploitation sexuelle.

L’organisation caritative bangladaise Young Power in Action Social (YPSA) sensibilise les réfugiés aux dangers de la traite et recueille des informations auprès des dirigeants de la communauté Rohingya, ainsi que de groupes locaux et internationaux.

“Plus de 1 000 personnes ont été identifiées comme victimes de la traite des êtres humains”, a déclaré Jishu Barua de l’YPSA.

Selon l’ONU, plus de 900 000 Rohingya, une minorité musulmane ethnique et religieuse au Myanmar , vivent dans le district de Cox’s Bazar au Bangladesh, la grande majorité d’entre eux se trouvant dans des camps.

Partagez :

www.tawhidtravel.com/