Après le Liban, Alger déprogramme le film “Wonder Woman” dont l’actrice est une ex-soldate israélienne

Le film Wonder Woman vient d’être déprogrammé d’un festival à Alger. Après le Liban, l’Algérie pourrait interdire le film dans les cinémas en raison de la présence comme actrice principale d’une militante sioniste qui a combattu dans les rangs de Tsahal.

Le 8 juin, le film américan Wonder Woman devait être projeté lors du festival “Les Nuits du Cinéma” à Alger. Mais après la polémique au Liban autour de la présence de Gal Gadot dans le rôle principal de Wonder Woman, le Ministère de culture algérien aurait pu suivre la campagne de boycott.

Si pour l’instant rien n’est officiel, le Ministère de la Culture algérien étant injoignable au téléphone, l’Algérie pourrait être le deuxième pays musulman et arabe à interdire le film au cinéma. Une décision qui pourrait faire un effet domino dans de nombreux pays de la région. 

Une mauvaise nouvelle pour les producteurs américains du film qui visiblement n’étaient pas suffisamment au courant du passé militant de Gal Gadot. Cette dernière qui a combattu pendant deux ans dans les rangs de l’armée israélienne avait également soutenu publiquement l’offensive meurtrière d’Israël à Gaza en 2014.

 

Partagez :