Valls : ” Il existe un apartheid territorial, social, ethnique en France ” [ Vidéo/Edito ] – Fatwa pour l’insoumission – !

Valls : ” Il existe un apartheid territorial, social, ethnique en France ” [ Vidéo/Edito #Aveux ]

– Fatwa pour l’insoumission ! –

La vérité a fini par surgir d’où nous l’attendions le moins. D’un homme de pouvoir mais qui n’a pourtant pas perdu sa lucidité d’antan … Comme Manuel Valls, premier ministre français, le dit :

” Il existe un apartheid territorial, social, ethnique en France ”

Il y a donc bien des raisons profondes au malaise français. Notre sentiment d’être stigmatisé pour ce que nous sommes n’est donc pas un mythe, tout ne serait pas de notre faute …

Comme la rédaction d’Islam&Info vous l’a asséné depuis sa création il existe bien en France un apartheid  territorial et social qui touche tous les français sans exclusive. Mais celui-ci est aggravé par un apartheid plus pernicieux ethnico-confessionnel visant à empêcher toute émancipation des minorités musulmanes françaises.

La formulation peut choquer mais elle reflète bien la réalité d’une politique d’ostracisation organisée contre les populations musulmanes du fait même de leur différence.

Car sinon comment expliquer que depuis 2004, alors que la France laïque vivait très bien avec le voile depuis 1905, que soudain tout un arsenal juridique ait été déployé pour interdire aux femmes musulmanes le voile dans les écoles, pour les sorties scolaires, pour les assistantes maternelles et pour les femmes portant le niqab ?

La France n’était-elle pas laïque avant ces lois d’apartheid ? Une autre religion a-t-elle subi en France une telle série de lois liberticides en moins de 10 ans ? La femme musulmane ne pouvait donc dans cette société n’exister qu’en position d’infériorité sociale ?

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : Depuis que le musulman fréquente leurs quartiers et leurs entreprises alors sa façon d’être et de se vivre est devenue criminelle. Vous avez dit apartheid, ségrégation ?

La laïcité exclusive, intégriste et combiste d’une certaine intelligentsia française hantée par un ethnocentrisme et un néocolonialisme non avoués est en fait l’épicentre de toute cette réaction islamophobe coordonnée par des élites françaises vieillissantes au nom de la laïcité et du vivre ensemble.

Mais une brève analyse de l’histoire et des lois nous permet de suite de remarquer que leur vision est antagoniste à la laïcité originelle d’un Jaurès réclamée par un certain Ben Badis.

Ce constat fait, nous ne pouvons que tirer un trait définitif sur les assertions de nos politiques et de leurs beni-oui-oui du CFCM et autres frèristes qui nous demandent plus d’ ” intégration “, de patiente lâche réputée dévote, ou encore plus de République quand celle-ci nous dénie le droit même d’accès à sa devise : Liberté, Égalité, Fraternité.

Ne sont-ce pas les mots de notre premier ministre, lui même français de fraîche date, à nous les français de 2nde, 3ème, 4ème génération ?

Alors s’il y a apartheid ce n’est pas par un légalisme niais, face à un système d’oppression aux tentations vichystes, que nous réussirons à briser les chaînes, mais bien par une mobilisation constante et permanente contre l’islamophobie systémique.

Car résister à un apartheid institutionnalisé par des lois liberticides n’est pas un crime mais un devoir de résistance.

A l’instar de nos prédécesseurs opprimés nous devons nous démarquer du légalisme servile des collabeurs de l’UMPS et de leurs suppléants du CFCM … Le caïdat a assez duré et seule la désobéissance civile et la mobilisation de tous les instants hérités des Ben Badis, Rosa Parks et Malcom X nous délivrera de l’oppression.

Et nous ne pourrons compter que sur notre Communauté car on ne saurait demander à ses bourreaux de nouveaux traitements équitables. La liberté ne se donne pas, elle s’arrache …

” Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience. ” Jean Jaurès

Le combat sera long mais maintenant vous savez. La vérité vous a été avouée crûment, sans prévenir. Vous n’avez donc plus de choix que de lutter pour votre droit à la dignité, à la liberté et … l’existence.

Partagez :