Syrie: L’ex-directeur de la CIA, Michael Hayden, espère une victoire de Bachar al Assad

Mardi dernier, l’ancien chef de la CIA, a déclaré que le bain de sang entre chiites et sunnites en Syrie est une telle menace pour la sécurité régionale qu’une victoire du régime de Bachar Al-Assad pourrait être le meilleur résultat à espérer.
Washington a condamné la conduite d’Assad durant le conflit, le menaçant de frappes aériennes après qu’il a été accusé de viser des civils avec des armes chimiques. Les Etats-Unis ont demandé qu’il démissionne.  

Cependant, Michael Hayden, un général de la US Air Force à la retraite, qui était à la tête de la CIA (Central Intelligence Agency) depuis 2009, a déclaré qu’une victoire des rebelles ne faisait pas partie d’une des trois finalités qu’il prévoit pour le conflit. Il soutient :

“L’option trois est qu’Assad gagne, et je dois vous dire qu’à ce moment, aussi moche que cela puisse apparaître, je suis plutôt attiré par cette option trois comme étant la meilleure issue des trois solutions possibles, toutes très laides”.

La première possibilité citée est le durcissement du conflit entre les factions sunnites et chiites.

En ce qui concerne la deuxième possibilité, celle que Michael Hayden estime la plus probable, il s’agit de la “dissolution de la Syrie” et la fin d’un Etat unique délimité par les frontières définies dans le traité de 1916 entre la France et l’Angleterre. Cette fin équivaudrait à la dissolution de tous les Etats artificiellement créés après la première guerre mondiale.

Le diplomate britannique Mark Sykes et son homologue français François Georges Picot ont divisé le Moyen-Orient en zones d’influence qui ont servi plus tard de frontières des Etats arabes indépendants. Or, un dysfonctionnement dans cet ancien règlement pourrait engendrer le chaos au Liban, en Jordanie et en Iraq. 

“Je crains fort la dissolution de l’Etat et de facto la dissolution du traité Sykes-Picot”, a avoué l’ancien chef de la CIA. “L’histoire dominante reconduite en Syrie est qu’un fondamentalisme Sunnite prenne le contrôle d’une partie importante du Moyen-Orient, l’explosion de l’Etat syrien et du Levant tel que nous le connaissons.”

Des combats sont apparus en Syrie début 2011, quand Assad a lancé une répression contre des manifestations pro-démocratie et ont depuis lors évolué en guerre civile qui a coûté la vie à 126 000 personnes environ. Assad, soutenu par l’Iran et la milice libanaise Hezbollah, est déterminé dans son combat contre divers groupes sunnites. 

Partagez :