QUÉBEC : UNE JUGE S’EXCUSE D’AVOIR EXPULSÉ UNE FEMME VOILÉE DU TRIBUNAL !

QUÉBEC : UNE JUGE S’EXCUSE D’AVOIR EXPULSÉ UNE FEMME VOILÉE DU TRIBUNAL !

Après 5 longues années de recours judiciaires, la juge Eliana Marengo a finalement décidé de présenter ses excuses à Rania El-Alloul, une femme musulmane qu’elle avait expulsé de la salle d’audience en raison de son hijab. 

En effet, en 2015, alors que Rania El-Alloul s’était présentée au tribunal pour récupérer sa voiture saisie par l’assurance automobile Québécoise, la juge Marengo a refusé de l’entendre en raison de son hijab. 

38 citoyens ont alors porté plainte contre la juge qui a tenté de convaincre le Conseil de la magistrature de ne pas se mêler de l’affaire. La Cour suprême avait par ailleurs refusé de l’entendre tandis que la Cour d’appel s’était proclamée en faveur du port du voile islamique en salle d’audience. 

Remise en cause pendant cinq ans par les diverses instances judiciaires, la juge s’est finalement résignée à s’excuser dans une lettre auprès de Rania El-Alloul qui a, quant à elle, accepté ses excuses malgré tout.

“En dépit de tout, j’accepte les excuses, c’est ce que ma foi m’a enseigné”, a t’elle écrit  en réponse dans une lettre. 

Cependant, il n’est pas sur que la juge Marengo s’en sorte avec de simples excuses.

« Je crois que la fermeture du dossier de plainte irait tout de même à l’encontre […] des intérêts de la justice, en plus d’envoyer un signal clair que les juges peuvent impunément causer un préjudice discriminatoire, sous réserve de présenter de simples excuses », a en effet expliqué David Lessard-Gauvin, procureur général. 

Alors qu’en France, l’élu Julien Odoul qui avait expulsé d’un hémicycle une femme accompagnatrice scolaire voilée avait reçu tout le soutien des politiques et des médias, il s’avère qu’au Québec, la situation est tout à fait différente. 

Partagez :