Québec : le terroriste qui tué 6 musulmans dans une mosquée risque 150 ans de prison

Avant que le terroriste Alexandre Bissonnette abatte six musulmans dans une mosquée de Québec en 2017, il a surfé sur Internet pour trouver des reportages sur les fusillades de masse, l’islam et les politiques d’immigration.

Le terroriste a plaidé coupable à six chefs d’accusation de meurtre au premier degré en mars. Lundi était le troisième jour d’une audience pour déterminer la peine de prison de Bissonnette. Il a également fait face à six accusations de tentative de meurtre puisque 19 personnes ont été blessés dans la mosquée.

L’ancien étudiant universitaire de 28 ans était obsédé par le fait qu’une attaque terroriste se produirait au Québec contre sa famille, avoue-t-il à la police pendant l’interrogatoire d’environ 14 heures après l’attaque du 29 janvier 2017.

Bissonnette a dit qu’il a commencé à boire ce jour-là vers midi.

Il a ensuite allumé la télévision et entendu que le premier ministre Justin Trudeau accueillerait des réfugiés au Canada, peu importe leur religion. Dans le même temps, le président américain Donald Trump essayait d’interdire le voyage en Amérique les ressortissants de sept pays musulmans.

“Quand j’ai vu ça, je ai perdu la raison”, a-t-il déclaré à l’enquêteur de la police Steve Girard dans les heures qui ont suivi son arrestation.

“J’étais comme, sûr qu’ils allaient venir et tuer mes parents aussi, et ma famille. J’en étais sûr … c’est pourquoi je devais faire quelque chose. “

À l’audience de lundi, la cour a appris que Bissonnette était particulièrement intéressé par Dylann Roof, une suprématie blanche qui a abattu neuf personnes dans une église en Caroline du Sud. Au cours du mois qui a précédé la fusillade du 29 janvier, les policiers qui ont fouillé son ordinateur ont découvert qu’il avait déjà regardé la vidéo 201 fois.

Bissonnette a également regardé des vidéos sur Marc Lepine, qui a tué 14 femmes en 1989 dans une école d’ingénieurs du Québec.

Il a également cherché des information sur le Centre culturel islamique du Québec, où l’attaque terroriste a eu lieu, et l’association étudiante musulmane de l’Université Laval, 82 fois en janvier.

Le Canada n’a pas la peine de mort, mais Bissonnette pourrait faire face à 150 ans de prison, 25 ans sur chacune des accusations de meurtre.

Partagez :