www.humanappeal.fr/

Syrie : des centaines de combattants pro-Assad viennent aider le YPG Kurde contre la Turquie

www.tawhidtravel.com

Un convoi de combattants pro-gouvernementaux est entré mardi dans la région d’Afrin en Syrie pour soutenir les combattants kurdes combattant l’armée turque, mais a immédiatement été pris sous le feu de l’artillerie.

La télévision d’Etat syrienne a montré une vidéo du convoi de forces progouvernementales déployées pour aider à repousser l’assaut turc contre les combattants YPG kurdes.

“Le gouvernement syrien a répondu à l’appel du devoir et envoyé des unités militaires ce jour-là … se déployer le long de la frontière et participer à la défense de l’unité du territoire et des frontières syriennes”, a déclaré le porte-parole du YPG, Nouri Mahmoud.

La télévision d’état a montré environ 20 véhicules avec des armes lourdes entrant dans Afrin. Des dizaines d’hommes armés étaient à bord des véhicules brandissant des drapeaux syriens et scandant des slogans pro-gouvernementaux.

Rami Abdel Rahman, chef de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, a confirmé que “des centaines de combattants sont entrés dans la région d’Afrin mardi après-midi”.

Les forces turques ont tiré des “coups de semonce” sur les combattants soutenus par Damas alors qu’ils pénétraient dans la région vers la ville d’Afrin mardi.

Mevlut Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères, a déclaré lundi que son armée riposterait si les forces pro-Assad intervenaient à Afrin pour aider les YPG.

Partagez :

www.tawhidtravel.com/

Vos réactions :

  1. Croissant de lune

    Assalamou ‘alaïkoum, pour l’instant, je doute d’une éventuelle confrontation directe entre les forces gouvernementales Syriennes actuelles ou milices associées d’une part et les fores Turques d’autre part. Peut-être j’en surprendrai certains, sauf erreur, je crois que les forces Turques sont entrées dans la région avec un accord relatif et tacite de la gouvernance de Dammas, de l’Iran, probablement de la Russie et autres intervenants.

    Depuis l trahison Saoudienne et le retrait des aides de l’Arabie aux forces d’oppositin armée en Syrie, que reste-t-il face aux forces de la gouvernance, aidée de Moscou, Téhéran et autres? Il ne reste plus en fait d’opposition armée que des forces on va dire pro-Occidentales, suffit d’entendre parler leurs représentants qu ne cessent de quémander une ingérance. Le pays est épuisé, dévasté, le peuple affamé t dispercé, je ne serais même pas surpris que la gouvernance de Dammas ait regagné un peu de légitimité suite aux agressions Sionistes dernièrement survenues. Qu’est le projet du Rojava, sinon un projet caressé des Sionistes et Yankees? Il y a hiérarchie des priorités, garder ce qui reste d’unité des terres Syriennes prime aujourd’hui sur le renversement de la gouvernance malgré tout légitime. La Turquie, l’Iran et probablement la Russie préfèrent l’endiguement du projet d’un état Kurde fantoche à toute dissoltion de l’unité des terres Syriennes. Et si cet état voyait le jour, tributaire qu’il serait nécessairement de forces étrangères, ce Kurdistan fantoche romprait toute continuité des terres de la Nation Islamique. Je pense donc qu’en dépit des apparences, la Turquie dans cette opération voulait garder l’unité des terres Syriennes et endiguer le projet Rojava, donc l’opération Turque envisageait presque certainement la remise de la région à la gouvernance de Dammas pourvu que la sécurité de la Turquie soit garantie, Dammas en étant le garant responsable, et pourvuque Dammas ne fasse rien qui favoriserait par négligence ou impuissance la création d’un Rojava indésirable. Donc oui, le principe du moindre mal est la gestion de la région par Dammas, qui devra désarmer les milices, nettoyer les caches et s’assurer d’aucune menée anti-Turque de soudoyés de l’Amérique et des Sionistes nombreux dans les partis Kurdes. L’opération Turque était pour conserver la région jusqu’à la remettre aux autorités de Dammas. Il est légitime de garder au maximum l’unité des terres de la Syrie et tout autre pays de Musulmans, il est légitime d’empêcher la création d’une entité qui dissocierait ce qui reste de continuité des terres de la Nation Islamique.

    Il y a des priorités, il y a hiérarchie des priorités, si la gouvernance de Dammas est criminelle, son mal restera moindre que celui qui viendrait d’une entité dissociante et totalement sous contrôle étranger. Sans la plus grande lucidité et sans la plus ferme résolution, on ne mettra pas en échec les plans diaboliques des ennemis anciens auquel se sont ajoutés de nouveaux, Arabie et émirats-unis, l’axe Sio-Saoudiste est puissant, ses menées dissociantes ne seront contenus que par des gens résolus. La Turquie lucide et résolue fait ce qu’elle peut pour garder l’unité et la continuité des terres de la Nation Islamique en un temps où abondent les traîtres à la oumma.

    Croissant de lune.

Les commentaires sont fermés.