Des vidéos prouvent les tortures et exécutions de civils sunnites par les troupes irakiennes (ABC News)

L’armée américaine continue de travailler avec une unité des forces spéciales irakiennes malgré des preuves écrasantes que ses agents ont commis de nombreuses violations des droits de l’homme depuis au moins deux ans.

Le  journaliste irakien Ali Arkady a filmé pendant de nombreuses heures les officiers d’une unité élite irakienne appelée Emergency Response Division (ERD). Sur les images on peut voir ces soldats exercer la torture et exécuter froidement des civils à Mossoul. Un porte-parole militaire des États-Unis a déclaré que, bien qu’une enquête sur de nouvelles preuves d’atrocités commises par la DRE soit justifiée, il n’y a aucune raison juridique pour que les États-Unis ne puissent continuer à travailler avec l’unité.

L’unité avait déjà été mise en liste noire en mars 2015 en vertu de la loi Leahy, qui exige que les unités militaires étrangères soient empêchées de recevoir une aide militaire des États-Unis s’il existe des informations crédibles selon lesquelles une telle unité a commis une violation flagrante des droits de l’homme. Les principaux commandants américains ont continué à féliciter les succès de la ERD et se vanter d’un “partenariat fructueux” entre l’armée américaine et l’unité, y compris la coordination des attaques aériennes sur l’organisation jihadiste “Etat Islamique”.

“Les photos sont horribles. Elles représentent clairement des crimes de guerre “, a déclaré le sénateur Patrick Leahy (D-Vt.) qui a rédigé la loi fédérale il y a 20 ans.

Un porte-parole de l’ opération Inherent Resolve, dirigée par les États-Unis à Bagdad, a déclaré que les fonctionnaires n’étaient pas au courant des atrocités documentées par Arkady et l’armée américaine a depuis contacté des responsables irakiens pour discuter des incidents exposés par ABC News. Le porte-parole a également défendu le droit légal de l’armée américaine à travailler avec une unité jugée essentielle dans la bataille de Mossoul.

“La Division des interventions d’urgence n’a pas eu des équipements et la formation des États-Unis en mars 2015” suite à des signalements de tortures et assassiants, a déclaré à ABC News le colonel de l’armée américaine Joe Scrocca, un porte-parole de la coalition.

“Les examens de Leahy n’empêchent pas les États-Unis de travailler avec l’ERD, comme nous le faisons avec d’autres éléments des forces de sécurité irakiennes, afin d’assurer un effort coordonné entre les différents éléments de l’ISF dans la lutte pour vaincre l’EI à Mossoul”.

Un conseiller principal du sénateur Leahy, cependant, n’est pas d’accord, questionnant si l’armée adhère à l’esprit de la loi, compte tenu des preuves crédibles des violations des droits de l’homme commises par des soldats de la ERD.

“Si nous fournissons des conseils ou coordonnons les attaques aériennes, nous aidons clairement les actions de cette unité”, a déclaré Tim Rieser, conseiller principal en matière de politique étrangère à Leahy, à ABC News. “L’un des objectifs du sénateur Leahy en écrivant la loi était d’empêcher que les États-Unis soient associés ou impliqués dans les actions de ceux auxquels la loi est destinée. “

Sarah Leah Whitson, directeur exécutif du Moyen-Orient chez Human Rights Watch , qui travaille en Irak depuis 1991 confirme.

“Le gouvernement des États-Unis joue un jeu trouble en refusant son aide à des unités irakiennes abusives comme l’ERD, tout en travaillant avec elle, en les entraînant et en les coordonnant”, a déclaré Whitson. “En résumé, les États-Unis sont dangereusement proches de la complicité dans la torture et la violence dégoûtantes que ces forces commettent sur les citoyens irakiens et, en réalité, en veillant à ce que la lutte en Irak n’en finisse plus”.

Lors d’une conférence de presse du Pentagone en janvier, le colonel de l’armée américaine, Brett Sylvia, alors commandant de Task Force Strike à Bagdad, a déclaré aux journalistes que les officiers américains avaient récemment conseillé l’ERD et les ont qualifiés de «force de combat très efficace».

Ce mois-ci, alors même que les agents de l’opération Inherent Resolve répondaient aux questions soulevées par ABC News dans son enquête sur les images d’Arkady, un haut commandant américain en Irak a tweeté à la Division d’intervention d’urgence.

“Regardez le #Iraqi ERD envoyez un message à #ISIS le samedi matin dans l’ouest de #Mosul”, a déclaré le général en chef de l’armée américaine, Joseph Martin, le 13 mai, avec un lien vers une vidéo du champ de bataille sur la page officielle de l’ERD sur Facebook montrant les troupes irakiennes au combat.

Malgré l’interdiction, l’ERD fait partie des forces armées qui a obtenu des sommes importantes du Congrès Américain dans le cadre du soutien financier américain aux troupes irakiennes. 

“Demander un financement pour une telle unité, quand il n’y a pas eu d’action pour responsabiliser ces gens, envoie un mauvais message”, a répondu Rieser.

Le colonel Ryan Dillon, un autre porte-parole de l’opération Inherent Resolve, a été interrogé jeudi lors d’une conférence téléphonique sur la façon dont la DRE a continué à utiliser des équipements et des armes américains, comme les lanceurs antichar, malgré l’interdiction de Leahy.

“Donc, nous ne les équiperons pas, mais comme vous l’avez vu, nous équiperons d’autres éléments des forces de sécurité irakiennes”, a déclaré Dillon. “Chaque fois que nous voyons des armes entre les mains de ces unités ou des éléments qui ne devraient pas l’être, nous tâchons à ce que des mesures soient prises afin que cela ne se produise plus à l’avenir”. 

Selon un officier de l’ERD, l’armée américaine a convoqué une réunion au début de ce mois-ci avec les soldats ERD qui devaient être nommés dans le rapport ABC News. Scrocca a confirmé que plusieurs de ces réunions ont eu lieu avec des responsables irakiens, y compris des représentants du bureau du Premier ministre Haider al-Abadi.

Le ministère irakien de l’Intérieur a déclaré la semaine dernière « a été ordonné la formation d’un comité d’enquête » pour examiner les rapports et « encouragé les enquêteurs à mener une enquête franche et claire ».

Les responsables irakiens ont déclaré à ABC News qu’ils ont rappelé tous les agents impliqués dans l’enquête sur le terrain et ont envoyé une équipe de médecins et de travailleurs sociaux dans les quartiers pour interviewer les familles des victimes.

Bien qu’il ait déjà confirmé une grande partie des rapports d’ABC News lors d’une entrevue vidéo extraordinaire, le capitaine de l’ERD, Omar Nazar, a tenté de réfuter certaines des allégations dans une vidéo de 10 minutes diffusée sur YouTube la semaine dernière. Vêtue de vêtements civils, Nazar a demandé à un homme qui a été montré torturé dans les images de témoigner.

“Vous m’avez emmené pour un interrogatoire, juste un interrogatoire, et vous m’avez laissé partir. Je n’ai pas de problèmes de santé, ce n’était qu’un interrogatoire, je n’ai pas mal”, dit l’homme avec Nazar à ses côtés. “Mes fils ont rejoint l’EI. L’un d’eux était un kamikaze et l’autre s’est transformé, c’était leur choix. Ils ont pris leur propre chemin, mais je n’ai aucun problème avec vous. Ma vie est beaucoup mieux depuis la libération.”

Plusieurs experts ont déclaré à ABC News que la violence sectaire contre les civils musulmans sunnites à Mossoul représentée dans les vidéos d’Arkady est une des raisons majeures pour lesquelles l’EI a capturé Mossoul si facilement en 2014, de sorte que le soutien des États-Unis à l’ERD – qui a des liens avec le service d’espionnage iranien Guard Corps – pourrait être contre -productif.

“S’associer à des forces clairement sectaires soutenues par un État radical et souvent sectaire comme la République islamique d’Iran, ne contribue qu’à alimenter l’extrémisme anti-américain”, a déclaré Phillip Smyth, un expert sur les milices et l’Iran à l’Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient , “Et donne plus de raison pour la méfiance, sinon la haine pour les États-Unis dans certaines communautés sunnites”.

Ali Khedery, le diplomate américain le plus ancien de Bagdad, qui a également conseillé trois commandants du commandement central des États-Unis, a déclaré à ABC News que les États-Unis appuient juste un mauvais acteur au lieu d’un autre.

“C’est une folie stratégique”, a déclaré Khedery, “pour que les États-Unis tentent de vaincre l’EI – un groupe terroriste – en soutenant une autre bande de terroristes”.

Traduction d’un rapport d’ ABC News sur la situation en Irak.

EN SAVOIR PLUS SUR LES TORTURES DE CIVILS EN IRAK : http://abcnews.go.com/International/deepdive/brian-ross-investigates-the-torture-tapes-47429895

Partagez :