Exclusif : Des hauts magistrats refuseront de servir l’Etat en cas de victoire du FN

Après la déclaration d’un haut diplomate, c’est au tour des magistrats de prendre position. Que faire en cas de victoire du FN ? Les hauts fonctionnaires et l’ensemble des serviteurs de l’Etat sont face au dilemme entre l’histoire et l’obligation du respect des lois de la République.

L’ambassadeur de France au Japon, Thierry Dana, avait affirmé le 9 mars dernier “Madame Le Pen, je refuserai de servir la diplomatie du Front National”. Depuis, les fonctionnaires d’Etat prennent position.

Serge Portelli, juge et président de chambre à la cour d’appel de Versailles, a déclaré qu’il ne servirait pas non plus un Etat frontiste.

“Peut-on rester magistrat si le FN est au pouvoir et que l’Etat de droit est totalement dégradé ? Ma réponse est non. Je ne servirai pas un Etat Front national. Je démissionnerai.”

Arno Klarsfeld, avocat et conseiller d’Etat, s’alarme :

“Il y aura une purge. Tous les régimes d’extrême droite l’ont fait et ont apporté le malheur aux peuples. Je me prononce ici en tant qu’avocat. Je serai un bouc émissaire. Il faudra que je m’en aille.”

L’artiste Claude Lévêque, ambassadeur de France à la Biennale de Venise en 2009, s’engage également :

“Depuis toujours, je suis un antifasciste. Je viens d’une famille de communistes, mon grand-père a été déporté en camp de concentration. Si Le Pen est élue, je coupe immédiatement tous les ponts avec le ministère de la Culture et ses satellites. Pas question de travailler avec des gens comme ceux du Front national. De toute façon, dans ce cas-là, ça va être le chaos et on risque de tomber dans une guerre civile.”

Partagez :