Message d’AbdelAziz Chaambi du CRI, poursuivi par la justice après son soutien à une famille musulmane

Abdelaziz Chaambi, président du CRI (coordination contre le racisme et l’islamophobie) est attaqué en justice par le procureur du Bougeoin Jallieu. Selon ce dernier, lors d’une mobilisation spectaculaire contre le placement illégal d’enfants musulman, Chaambi aurait menacé le Conseil Général. Une accusation que récuse évidemment l’accusé.

Une nouvelle attaque en justice qui sonne comme une pression supplémentaire contre un militant des droits connu pour son engagement depuis près 40 ans.

“Je viens d’être appelé par le Commissariat d’Oullins dans le Rhone car le Procureur de Bourgoin Jallieu a décidé de me poursuivre pour de soi disant menaces contre le Conseil Général alors que je n’avais fait que défendre les enfants MSAKNI enlevés injustement par l’Etat et que nous avions fait revenir très rapidement chez leurs parents.

A l’époque il s’agissait d’une première puisque l’Etat ne revient jamais sur des décisions de placement d’enfants en l’espace de quelques jours et CRI l’avait fait reculer.

L’objectif clair de la Justice est de dissuader les militants et militantes de s’opposer à leurs décisions arbitraires et Islamophobes car CRI avait démontré, qu’au delà de l’aspect juridique, l’islamophobie se combattait politiquement et par des mobilisations des racisés  des stigmatisés et des militants et militantes conscients politiquement .

J’attends la date d’audience et j’espère vous compter parmi les mobilisables car demain on ne sait pas sur qui ça va tomber .  Et si vous n’êtes pas mobilisables relayer au moins ce message.”

Partagez :