L’équipe du SIF donne de ses nouvelles directement du Népal

L’équipe du SIF donne de ses nouvelles directement du Népal #Népal

Après le second tremblement de terre subi de plein fouet par le Secours Islamique au Népal, nous avons cherché à avoir des nouvelles de l’équipe sur place. C’est ainsi que Samira, Chargé de Communication sur le terrain, et donc encore sur place a répondu à nos questions sur la dramatique situation au Népal. L’échange date du Jeudi 14 mai 2015.

 
 
sif sif
Bonjour à vous, Samira. Merci de nous accorder un peu de votre temps.
Bonjour à I&I
A ce jour, Jeudi, après le second tremblement de terre, quand est il de la situation ?
La situation s’est apaisée, mais les gens restent choqués et continuent de vivre en plein air. Ils refusent catégoriquement de retourner chez eux.

Une grande partie de la population de Katmandou a quitté la ville pour retourner dans les villages. Ceux qui vivent en extérieur, dans les parcs par exemple rencontrent beaucoup de problèmes : Lorsque je me suis rendue à un camp informel, une petite fille, qui s’appelle Munna, m’a pris la main et m’a dit à l’oreille que ce qu’elle aimerait c’est des sanitaires individuels pour ne pas attraper la diarrhée. Elle a 8 ans! Que voulez-vous répondre à ça?

Quelles sont les actions menées pour le moment par le SIF ?

Nous avons effectué plusieurs évaluations de terrain, actions qui prennent du temps car les roues sont bloquées, il n’ y a pas beaucoup de voitures pour circuler et même les chauffeurs professionnels refusent de conduire ! Nous sommes en train de finaliser une distribution dans une région particulièrement isolée de tout aide et secours, donc cela prend du temps car les objets dont ils ont besoin (tentes, bâches, couvertures) ne sont plus disponibles dans le pays. Il faut traverser les frontières pour s’en procurer, ce qui pose beaucoup de problèmes de logistique.

Moralement, comment allez vous ?

Al hamdouliAllah, nous allons très bien. Ne pensez pas à nous mais aux milliers de familles qui ont perdu un proche ou leur maison. Ce qui m’interpelle ce sont les cris des enfants et les adultes qui résonnent encore dans ma tête (j’étais dans la rue lorsque la terre a tremblé) surtout le soir car nous ressentons encore beaucoup de secousses.
En même temps, je vois concrètement la solidarité ma shaaAllah : les familles ont ouvert leur jardin comme les hôtels et les restaurants, les écoles, les universités. Des gens préparent à manger et distribuent des repas à ceux qui passent. Les hindous et les musulmans même s’ils sont en minorité, organisent des collectes de fonds.

Comment êtes vous accueillie par la population ?

L’accueil des populations a été le plus agréable pour nous. Nous n’avons jamais été questionné sur le mot “Islamique”, cela nous change un peu du quotidien. Ils voient surtout le mot “France” et s’étonnent que nous soyons venus d’aussi loin pour aider. Leur accueil est donc extraordinaire, plein d’humilité en dépit de leur situation. Ils s’excusent presque de nous avoir dérangés… J’ai reçu une belle leçon de vie.

Que vous manque t-il ?

Des encouragements et invocations des gens qui souhaitent nous soutenir ! le reste, avec l’aide de Dieu, on le trouvera et le distribuera. Mais comme m’a dit une vieille femme il y a quelques jours: “Personne ne devient pauvre en donnant”. A méditer !

 
 

sif logo

facebook n

twitter

 
[divider]

Partagez :