Sorties scolaires : des mamans voilées attaquent le rectorat en justice

Islamophobie – Un groupe de mamans voilées a décidé de faire valoir ses droits en portant plainte contre le rectorat d’Amiens suite à sa décision d’appliquer strictement la circulaire Chatel.

La circulaire, qui porte le nom de l’ancien Ministre de l’Éducation Nationale sous Nicolas Sarkozy, exclut les mamans voilées des sorties scolaires car  “portant un signe ostentatoire”. Une circulaire n’est pas une loi. Le rectorat peut appliquer ou non ce texte selon son bon vouloir.

A Amiens, le bras de fer entre le rectorat et les mamans voilées se réglera demain au tribunal où le juge devra donner sa décision quant à la demande de suspension de l’interdiction de porter le voile pendant les sorties scolaires. Treize mères de famille ont décidé de prendre en main leur situation.

Selon ces femmes en colère, la décision est intervenue soudainement en décembre alors que la collaboration entre parents et administration fonctionnait très bien, d’où leur étonnement et leur volonté de régler ce cas clair de discrimination.

“Depuis 7 ans, j’ai toujours été là à la sortie de l’école. Je ressens une humiliation. À Méru [ville de l’Oise où elles habitent, ndlr], les mamans ont toujours été sollicitées pour les sorties dans la joie et l’entente. Maintenant, on est dans les larmes et le chagrin”.

L’avocat des familles a fait savoir à la presse régionale que l’inspection académique avait toujours refusé le dialogue plusieurs fois tenté par les mamans. 

Les femmes de la communauté sont à l’avant-garde du combat contre la laïcité exclusive. En décembre dernier, le Conseil d’État avait été saisi par une mère de famille, ce dernier avait rappelé que les mamans n’étaient pas soumises à la neutralité religieuse. Hier, plusieurs collectifs de mamans voilées ont été reçus par Benoît Hamon, Ministre de l’Éducation National, après une manifestation devant le ministère.

Les discriminations cachées sous l’étendard de la laïcité sont de plus en plus nombreuses. La colère gronde dans la communauté musulmane qui se sent chaque jour un peu plus stigmatisée.

Partagez :