La traitrise qataro-saoudienne pousse le Hamas dans les bras de Téhéran

Le mouvement de résistance palestinien Hamas a renoué ses relations diplomatiques avec l’Iran après et malgré le désaccord sur le conflit syrien, a déclaré lundi un membre du mouvement islamique.

Lors d’une conférence à Gaza, Mahmooud Al-Zahar a déclaré que “les relations entre le Hamas et l’Iran ont repris”. Les liens entre les deux pays avaient été entachés par la situation en Syrie mais après la chute de l’Egypte de Morsi, le Hamas est obligé de faire profil bas.

“Nous vous confirmons que dorénavant nous ne nous ingérerons plus dans le cas syrien, ou d’autres conflits arabes.”

L’Iran chiite avait longtemps soutenu le Hamas sunnite contre leur ennemi commun Israël. Mais le chef en exil du Hamas, Khaled Meshaal, avait quitté son QG à Damas après le début de la guerre civile syrienne en 2011. Il avait ouvertement critiqué le président Bachar al-Assad, allié clé de l’Iran, en se rapprochant du Qatar.

Après que Meshaal a quitté Damas, des rapports démontraient le soutien du  Hamas aux rebelles syriens contre l’axe chiite Téhéran / Damas / Beyrouth-sud.

Cette prise de position avait provoqué une diminution voire la fin du financement iranien crucial pour la survie du Hamas abandonné par les pays arabes traîtres.

Pour M. Zahar, il n’y a jamais eu de rupture complète des liens.

“Nos relations avec l’Iran n’ont pas été coupées, et nous ne voulons pas couper les liens avec n’importe quel pays arabe sauf s’il nous combat” faisant allusion directement à l’Egypte post-coup d’Etat, qui a adopté une ligne dure contre la résistance palestinienne depuis le renversement militaire du président Mohammed Morsi en Juillet .

Le Hamas a longtemps été affilié aux Frères Musulmans d’Egypte qui sont depuis quelques mois la cible d’une répression massive par le tyran Sissi.

Zahar a déclaré qu’il existait encore une coopération commerciale avec l’Egypte pour l’obtention de fournitures telles que le carburant pour la bande de Gaza mais “il n’y a aucun contact politique, car le régime (égyptien) actuel est contre nous”.

Depuis juillet, l’armée égyptienne a détruit des centaines de tunnels utilisés pour apporter des fournitures essentielles aux palestiniens soumis à un blocus . S’étant d’abord prononcé contre le nouveau régime militaire en Egypte, le Hamas a cherché à éviter une nouvelle détérioration des relations avec le Caire.

La traitrise des pays arabes et plus particulièrement du Qatar et de l’Arabie Saoudite a poussé le Hamas dans les bras de l’Iran chiite, principal soutien du régime de Damas. Le Qatar avait promis de soutenir la résistance palestinienne s’il s’écartait de l’Iran mais il semblerait que rien n’ait été fait ce qui a amené le Hamas à revoir sa position sur le conflit syrien. L’Arabie Saoudite a soutenu le putsch contre les Frères Musulmans en Egypte, qui étaient les principaux soutiens économiques de Gaza. L’apparition d’un régime anti-Islam et ouvertement collabo a provoqué l’étouffement des palestiniens de Gaza et l’affaiblissement des puissances sunnites dans le combat pour le leadership du Moyen Orient.

Partagez :