Québec : Polémique après la photo d’une femme en niqab gérant une crèche

Nouvelle polémique autour du voile intégral, cette fois au Québec où le débat sur la charte des valeurs attise des antagonismes toujours plus virulents entre les tenants d’une laïcité intrusive, totalitaire et les défenseurs des libertés les plus fondamentales. Une jeune femme de 28 ans, connue désormais sous le pseudo Julie, éducatrice et propriétaire d’une crèche privée a été prise en photo avec son niqab alors qu’elle sortait en promenade les enfants dont elle a la charge avec une collègue, elle aussi intégralement voilée. 

L’étincelle n’a pas mis longtemps avant d’embraser tout le Québec. La photo, publiée sur facebook et partagée des milliers de fois a suscité une vive émotion déroutante tant elle est surjouée. 

En effet, la charte des valeurs québécoises n’a pour visée que les agents d’Etat or, cette garderie est privée, ne touchant aucune subvention étatique. La jeune femme n’a donc pas à faire l’objet d’une surenchère en matière de laïcité, elle n’est pas concernée. Evidemment, c’était sans compter l’intervention chevaleresque de Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne:

« Il me semble que ce serait normal, raisonnable, que c’est plein de bon sens et que c’est respectueux pour les parents et les enfants ».

Qui plus est, les parents des enfants pris en photo ont été interrogés. Ils déclarent unanimement être ravis des services rendus par cette garderie. Leurs enfants sont choyés, heureux d’y aller, ils y apprennent la tolérance. Que demander de plus ? 

Au demeurant, le débat est sentimentalisé et déraisonné. La ministre de la famille, Madame Nicole Léger, intervient non pas comme ministre mais “en tant que mère de famille”, alors qu’elle jouit tout de même de la respectabilité et de l’aura de sa fonction. Ainsi, elle cherche à réveiller l’instinct maternel et non pas à mettre en place une véritable réflexion autour de la laïcité. Le débat tente d’écorcher les québécois, de les voir réagir à vif, sans conscience. Elle esquive par ailleurs, pas vraiment habilement, la question du journaliste quant au dévoilement des jeunes femmes à l’intérieur, mettant en exergue que les enfants voient tout à fait le visage de leurs éducatrices. La ministre balaie d’une pirouette cette remarque en répétant et en se focalisant sur l’obligation que devraient avoir les personnes en contact d’enfants à ne pas voiler leur visage.

La femme voilée musulmane est rendue dangereuse, la traque peut commencer. Pour preuve, le ministère de la famille entame une procédure de vérification au sein de cette crèche. Des inspecteurs se sont rendus sur les lieux pour vérifier que tout était en règle, notamment le fait que le nombre d’enfants n’excède pas six enfants. Le port du niqab ne peut (pour l’instant) faire l’objet d’une inspection et d’une sanction mais il est plus qu’évident que l’Etat met tout en oeuvre pour harceler par tous les moyens “légaux” ces femmes qui ne cherchent qu’à travailler et préfèrent la discussion à cet acharnement de haine. La charte des valeurs devraient davantage travailler le respect d’autrui plutôt que la persécution. 

Pour retrouver tous les témoignages des différents intéressés ou l’extrait de la visite de vérification entreprise par des inspecteurs, rendez-vous dans notre partie vidéo

Oum Leyna

Partagez :