#ALERTE : L’Afrique en proie à une crise nutritionnelle grave

Le Soudan du Sud déjà en état de famine

Depuis le 20 février, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Univef ont déclaré le Soudan du Sud en état de famine :

« Cela signifie que les gens ont déjà commencé à mourir de faim », précise le document rédigé en commun.

La situation de famine est le cas le plus sévère d’insécurité alimentaire, c’est la dernière phase de la sous-alimentation. Il s’agit d’une « catastrophe ». Le Soudan du Sud est en état de guerre civile depuis décembre 2013 ce qui conduit à des pillages, la destruction de récoltes et des massacres de bétails. Ce sont 3 millions de personnes qui ont dû fuir leurs terres et d’après la FAO 5 millions de Sud-Soudanais sont menacés par la famine.

Somalie : 6,2 millions de personnes nécessitent une aide humanitaire d’urgence

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a déclaré lors d’une visite à Mogadiscio au début du mois de Mars :

« La combinaison du conflit armé, de la sécheresse, du changement climatique, des maladies et du ­choléra est un cauchemar ».

Au fur et à mesure du temps, la sécheresse s’accentue et l’agriculture est de plus en plus en situation dramatique. Pas moins de 2,9 millions de personnes souffrent de carence alimentaire. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 6,2 millions d’habitants ont besoin d’une aide ­humanitaire d’urgence. Cette situation n’est pas inconnue à la Somalie puisqu’elle avait connu une famine d’une ampleur dévastatrice entre 2010 et 2012 au cours de laquelle 260 000 personnes avaient trouvé la mort.

Au Yémen, la famine guette

Au début de l’année 2017, le chef des opérations humanitaires des Nations unies, Stephen O’Brien, a jugé que, « sans action immédiate, la famine était un scénario possible pour 2017 au Yémen ». La situation est critique notamment en raison du blocus sur le port d’Hodeida qui empêche l’arrivée de l’aide humanitaire.

Ce sont plus de 7 millions de personnes qui ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence et 460 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë. Malgré des appels de l’ONU à ^pouvoir se rendre sur tout le territoire, invoquant pour cela le « droit international humanitaire », la situation demeure bloquée.

Au Nigéria, la famine comme horizon

Selon l’Unicef, 250 000 enfants sont au bord de la famine et, sans aide, 50 000 mourront au cours de l’année 2017.

Le 16 février dernier, l’économiste en chef du PAM, Arif Husain, fait un constat morbide sur  les risques encourus par les populations civiles au Soudan, au Yémen, en Somalie et au Nigeria : la famine menace à court terme 20 millions de personnes.

Partagez :

www.tawhidtravel.com/