L’UAM-93 SOUTIENT MYRIAM POUGETOUX !

L’UAM 93 SOUTIENT MYRIAM POUGETOUX !

Dans un communiqué fait le 25/09/2020, l’UAM-93 (Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis) a déclaré soutenir Myriam Pougetoux, l’étudiante syndicaliste portant le hijab qui avait été prise à partie par des députés à l’Assemblée Nationale, contrairement au CFCM qui avait préféré apporter son soutien à Charlie Hebdo : 

“Le Conseil des Imams de France (CIF), le Conseil des Imams Paris-Ile-de France (CIPIF), la Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF), l’Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM 93), les grandes mosquées d’Evry Courcouronnes, des Mureaux, de Trappes, de Clichy la Garenne, de Sevran et les autres signataires de ce communiqué : 

  • Manifestent leur soutien à Mme Myriam Pougetoux, vice-présidente de l’UNEF, qui a été convoquée le 17 septembre 2020 à une audition à l’Assemblée Nationale ; elle a eu le droit à une scène humiliante qui a choqué beaucoup de nos concitoyens notamment les Français musulmans. Sous prétexte que la syndicaliste était voilée, des députés LR et LREM lui ont coupé la parole puis ils quittèrent la commission d’enquête.

 

  • Nous saluons le sang-froid et le calme de Mme Myriam Pougetoux, qui est restée concentrée sur l’objet de son invitation : “la précarité des étudiants”, sujet qui n’a visiblement pas d’intérêt pour une certaine élite qui ne se rend plus compte de la misère qui frappe les étudiants en France.

  • Nous saluons l’honnêteté intellectuelle de la présidente de la commission qui a rappelé que rien n’interdit l’accès à l’Assemblée Nationale à une citoyenne portant un voile.

  • Nous saluons le travail et l’engagement de notre jeunesse pour ce pays. Nous encourageons ces nouvelles générations à suivre leurs rêves et leurs projets et à s’épanouir au delà des frontières de l’intolérance, de la stigmatisation et la haine.

  • Nous regrettons cette réaction “hystérique” de ces quelques députés, censés représenter tous les français, sans se permettre le droit d’humilier de la sorte une citoyenne ou oublier les valeurs de la liberté, de l’égalité, et de la fraternité.”

Partagez :