IMANE VICTIME DE LA CROISADE ISLAMOPHOBE FRANÇAISE !

IMANE VICTIME DE LA CROISADE ISLAMOPHOBE FRANÇAISE !

Ce vendredi 11 septembre, BFMTV a invité Imane, une étudiante de 21 ans qui anime le compte Instagram ”Recettes.echelon7″.

Le but de ce compte est de proposer des recettes faciles à réaliser, sans four et avec un petit budget, pour les étudiants manquant de moyens.

Le but de son intervention sur BFMTV était donc de faire la promotion des astuces culinaires économiques pour l’ensemble des étudiants français vivant dans la précarité que l’on connait.

Dans n’importe quel autre pays, Imane aurait été jugée sur sa prestation mais voilà, nous sommes en France…

Du fait du port de son hijab, une meute de chiens de garde de l’islamophobie s’est aussitôt déchaînée sur les réseaux sociaux.

Parmi ces commentaires hostiles appelant à la haine, il y’a aussi celui de Judith Waintraub, journaliste du Figaro, qui a écrit “11 septembre” en référence aux attentats du World Trade Center en 2001, faisant donc un lien entre ces actes terroristes et Imane du fait de son port du hijab.

Ce commentaire a provoqué une vague d’autres commentaires insultants et accusatoires. Imane a été traitée d’islamiste, accusée de faire du ”prosélytisme” et son hijab a été qualifié de ”torchon”. 

Au lieu de soutenir l’étudiante musulmane lynchée de toutes parts, les politiques et les médias ont, comme à leur habitude, pris la défense de l’islamophobe Judith Waintraub, qui ne cesse sur les réseaux et les plateaux télévisés d’appeler à l’islamophobie.

En effet, sur le plateau de LCI, Judith Waintraub avait ainsi appelé à “signaler” aux forces de l’ordre “toute conversion à l’Islam”. Et pourquoi pas un croissant jaune tant qu’on y est ? 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin lui a apporté son soutien dans un tweet ainsi qu’une quantité d’autres personnalités issues du monde politique et médiatique telles que Manuel Valls et Valérie Pécresse.

Les menaces de mort dont Judith Waintraub a été ”victime” ne sont en réalité qu’un seul tweet publié par un compte anonyme immédiatement supprimé ce qui pose la question de la réelle identité de cet internaute. 

Bien loin des commentaires de menaces et d’injures racistes et islamophobes proférés à l’encontre d’Imane.

La jeune femme s’est donc résignée à supprimer son compte Twitter par peur pour sa sécurité physique sans que cette fois, aucun politique ne lui fasse part de quelque solidarité que ce soit.

Comme si ce n’était pas suffisant, le compte d’Imane a été passé au crible et lui ont été reprochés des retweets sur les conditions du port du hijab et son initiative d’offrir des Coran et des tapis de prière aux musulmans dans le besoin…

On a ainsi pu voir sur toutes les chaines de télévision des islamophobes comme Zineb El Rhazoui nous expliquer que la pratique (encore) libre d’une religion devait interdire la liberté d’expression en France. 

Sur les réseaux sociaux, la communauté musulmane a largement soutenu la défense de la dignité d’Imane à travers un hashtag longtemps en Tendances Twitter #JeSoutiensImane.

En partageant ses recettes de cuisine faciles et économiques, Imane pensait rendre service à des milliers d’étudiants défavorisés, en situation de précarité.

Au lieu de cela, elle a été la cible d’un acharnement médiatique et d’une déferlante islamophobe. 

Car une fois n’est pas coutume. Les politiques et les médias ne dérogent pas à cette règle : lorsqu’une femme musulmane est attaquée par des islamophobes, ce sont ces mêmes islamophobes qui sont, à son détriment, érigés en grandes victimes et elle qui est pointée du doigt comme une dangereuse “islamiste”.

En France, qu’une femme portant le hijab fasse du sport, de la politique, du bénévolat, de la cuisine ou qu’elle accompagne simplement son enfant en sortie scolaire, il lui est systématiquement reproché sa visibilité que l’on est parvenu petit à petit, par une série de  lois liberticides, à criminaliser. 

Érigés comme nouveau vocable d’une croisade contre les musulmans, les fameux “islamisme politique”, ”communautarisme”, ”prosélytisme” et maintenant le nouveau “séparatisme” révèlent le véritable visage d’une république française totalitaire qui entend bien écraser par tous les moyens toute expression musulmane.

Cet énième honteuse et lâche cabale médiatique contre une jeune femme lynchée parce que musulmane n’est que l’énième épisode d’une politique islamophobe d’Etat dirigée contre toute la minorité musulmane vivant en France.

Il est urgent que toute la communauté musulmane se mobilise pour dire non aux lois islamophobes qui ont permis aujourd’hui cette déferlante, pour la dignité d’Imane et contre la dite loi contre le séparatisme vient renforcer cet Etat d’exception permanent.

Et à ceux qui ne verraient qu’une diversion politique dans ces ”scandales” savamment orchestrés, nous disons qu’à l’Ouest de la Chine, la politique qui a mené à ériger des camps de concentration contre la population Ouighour a elle aussi commencé par des lois et des ”scandales”. 

Camille After

Partagez :