Birmanie : selon l’ONU, Facebook aurait joué un rôle dans le génocide des rohingyas

Des experts des droits de l’homme de l’ONU enquêtant sur un éventuel génocide au Myanmar ont déclaré que Facebook avait joué un rôle dans la propagation du discours de haine contre la minorité musulmane Rohingya.

Le  rapporteur spécial des Nations unies sur la Birmanie a  également déclaré que la   crise des Rohingyas dans l’État de Rakhine “porte les marques du génocide”.

Plus de 650 000 Rohingyas ont fui l’État de Rakhine au Myanmar depuis la répression militaire en août dernier. Beaucoup ont fourni des témoignages poignants d’exécutions et de viols par les forces du Myanmar, mais le conseiller de sécurité nationale du Myanmar a exigé des «preuves claires» des actes de génocide potentiels.

Rôle Facebook 

Marzuki Darusman, président de la mission d’enquête internationale indépendante des Nations unies sur le Myanmar, a déclaré aux journalistes que les médias sociaux avaient joué un «rôle déterminant» au Myanmar .

“Cela a contribué de manière substantielle au niveau d’acrimonie et de dissension et de conflit auprès de la population. », a-t-il déclaré.

L’enquêteur de l’ONU au Myanmar, Yanghee Lee, a déclaré que Facebook constituait une part importante de la vie publique, civile et privée, et que le gouvernement l’utilisait pour diffuser des informations au public.

“Tout est fait par Facebook au Myanmar”, a-t-elle déclaré aux journalistes, ajoutant que Facebook avait aidé le pays mais avait également été utilisé pour répandre la haine.

“J’ai peur que Facebook soit maintenant devenu une bête, et non ce qu’il avait l’intention de faire à l’origine.”

Facebook a déclaré qu’il n’y avait “aucune place pour le discours de haine” sur sa plate-forme.

“Nous prenons cela très au sérieux et avons travaillé avec des experts au Myanmar pendant plusieurs années pour développer des ressources de sécurité et des campagnes de contre-discours”, a déclaré un porte-parole de Facebook à la BBC.

Partagez :