Le Bangladesh autorise des ONG à intervenir dans les camps des Rohingyas

Le Bangladesh autorise des ONG à intervenir dans les camps des Rohingyas

Alors que les Rohingyas tentent depuis des mois de se réfugier dans les camps au Bangladesh afin de fuir les massacres perpétrées par les civils, moines bouddhistes et armée birmane, ils reçoivent enfin une autorisation afin que l’on puisse leur venir en aide.

C’est ainsi que le Bangladesh a autorisé quelques dizaines d’ONG locales et internationales à intervenir dans les camps de réfugiés Rohingyas.

Trente organisations ont déjà reçu le feu vert pour répondre à la situation tragique dans laquelle demeure cette minorité musulmane.

Hélas, cette autorisation ne sera que de courte durée puisque le délai imparti n’est que deux mois.

Les interventions se concentreront principalement sur les soins de santé, la construction d’équipements sanitaires et d’abris.

Les autorités bengladis craignent “une bombe sanitaire à retardement”. Elles craignent et ce juste titre un terreau fertile pour l’apparition d’épidémies de choléra, dysenterie ou diarrhées.

Les camps des réfugiés Rohingyas souffrent d’une pénurie de nourriture, d’eau potable, de médicaments.

Quelque 480.000 musulmans rohingyas ont trouvé refuge au Bangladesh après avoir fui les violences et les exactions perpétrées à leur encontre depuis le 25 août 2017. Des violences subies depuis des années mais qui ont pris une tournure cauchemardesque ces derniers mois.

L’ONU considère que les exactions perpétrées à l’encontre des musulmans rohingyas à Rakhine relèvent de l’épuration ethnique.

Partagez :