Le mémorial d’Emmett Till, symbole des droits civiques, criblé de balles

Le panneau rendant hommage à la mémoire d’Emmett Till, un jeune adolescent noir tué en 1955 a été criblé de balles. Ce jeune garçon est un symbole des droits civiques aux Etats-Unis.

Le message véhiculé par ce saccage laisse peu de place au doute. Le racisme est encore présent et féroce aux Etats-Unis. Un passant a trouvé et pris en photo ce panneau suscitant instantanément l’émoi et l’effroi sur les réseaux sociaux. 

emmett-balle-tombe

Le 24 août 1955, alors en vacances chez son oncle, Emmett Till accompagné de copains rentrent dans une épicerie dans le Mississipi. Le jeune garçon n’a que 14 ans. Il montre un certain intérêt pour une jeune fille blanche ce qui n’a pas été du goût des habitants du quartier. Quelques jours plus tard il est kidnappé par deux hommes, blancs, il est alors torturé, frappé à maintes reprises, étranglé à l’aide de fil barbelé et finira assassiné d’une balle dans la tête. Son corps est jeté dans la rivière la plus proche. Il n’a pu être identifié que grâce à une bague portant les initiales de son père. 

La mère de la victime décide de montrer au monde entier ce qui est arrivé à son fils. Des photos sont publiées notamment pour des journaux destinés à la communauté afro-américaine. 

Malgré le combat acharné de la famille, la justice acquitte les deux hommes en dépit des faits accablants. Suite au procès, en échange de 4000 dollars, les deux assassins raconteront les détails du meurtre à un magazine, “Look”. 

Deux mois après le procès, intervient Rosa Parks qui refuse de céder sa place dans le bus, ce qui marquera le début du mouvement pour les droits civiques. 

«Ce gamin est mort en 1955 et les gens ont encore tellement de haine. Pourquoi ressentent-ils le besoin de tuer encore et encore cet enfant?», a déploré sur ABC Robert E. Huddleston, représentant local de l’association nationale pour la promotion des gens de couleur.

La manifestation de haine envers le panneau commémoratif d’Emmett Till montre encore que des relents purulents subsistent et se déclarent de la plus vile des manières. 

 

 

Partagez :