Samia Orosemane s’estime “trahie et leurrée” par le reportage “Dossier Tabou” de M6

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, la comédienne Samia Orosemane a expliqué les circonstances de son passage dans l’émission Dossier Tabou de M6. Elle explique notamment qu’au départ il n’était pas question de faire un documentaire à charge contre les musulmans mais plutôt de montrer la diversité qui règne dans la communauté. 

La comédienne déclare être pennée par la tournure qu’a pris le documentaire et indique qu’au départ elle ne savait même pas que derrière cette équipe de production se trouvait Delavillardière. Un journaliste réputé pour ses reportages anxiogènes et orientés. 

Le message de Sami Orosemane a déjà été liké par plus de 3 800 personnes qui lui ont de nouveau apporté leur soutien. 1 850 personnes ont partagé ce communiqué afin que le web sache les méthodes de l’équipe Dossier Tabou.

Il y a quelques mois de cela (plus de six mois…!), j’ai été contactée par une équipe de télévision d’une chaîne grand public qui souhaitait mettre en avant un panel de musulmans, pour en montrer les multiples facettes et la diversité…

En toute confiance et comme à mon habitude, je leur ai ouvert les portes de ma salle de spectacle, mais aussi celles de mon foyer. Une équipe ma foi fort sympathique et agréable, qui m’a fait la surprise, lors d’un repas censé me mettre en scène au milieu de ma famille, d’y introduire sans prévenir notre cher et dévoué monsieur delavillardière… Les questions tournant autour du port du voile et de l’islam m’y avaient déjà mis la puce à l’oreille, mais j’étais bien loin d’imaginer l’ampleur de la catastrophe quant à ce “documentaire”.

Je suis peinée de voir la tournure qu’a choisi de donner delavillardière à ce reportage et de constater qu’il ne profite finalement qu’à ceux qui veulent la division et la stigmatisation des musulmans. J’étais très loin d’être informée de la tournure que prendraient les choses et du contenu de cette émission, j’ai le sentiment aujourd’hui d’avoir été trahie et leurrée, la présentation du projet ne correspondant absolument pas à ce qui a été présenté à l’écran.

Cela m’aura au moins appris à être à l’avenir beaucoup plus vigilante lors de mes prises de parole devant caméra et à signer des engagements écrits quant aux éventuels contenus. Il va de soi que jamais je n’aurais accepté d’être représentée dans une telle émission si j’avais été informée de ce contenu absolument inacceptable et stigmatisant.

Partagez :