Ne pas jeûner pendant les examens : rétropédalage du Conseil des Théologiens des Musulmans

En Belgique comme en France, deux conseils d’imams ont lancé des fatwas permettant aux étudiants de rompre le jeûne lorsqu’ils passent des examens scolaires. Un avis juridique inédit qui a provoqué un tollé en Belgique et qui a poussé le Conseil des Théologiens des Musulmans de Belgique à faire marche arrière.

“Les étudiants et les élèves en âge de jeûner qui se trouvent en difficulté pour combiner le ramadan avec les examens, peuvent reporter ces jours de jeûne ultérieurement”.

C’est par cette phrase que terminait le communiqué du Conseil des Théologiens des Musulmans de Belgique permettant aux étudiants de ne pas jeûner lorsqu’ils trouvaient “des difficultés à combiner le ramadan avec les examens”. Un avis juridique inédit qui a rapidement fait la joie des “musulmans libéraux”, qui en autre appellent à ne pas jeûner lorsqu’il fait chaud, et qui a provoqué l’incompréhension d’une grande partie des fidèles. 

Face aux questions de la communauté musulmane, Mohamed Toujgani, imam de la mosquée Al Khalil et président de la Ligue des Imams de Belgique, a clarifié sa position avant la prière Tarawih. Son frère, Taher Toujgani, président  du Conseil des Théologiens des Musulmans de Belgique, a également publié un nouveau communiqué afin de préciser le premier communiqué de son association. 

Contrairement au premier communiqué publié sur le site de l’Exécutif des Musulmans de Belgique, le deuxième, plus long, procède à une clarification importante quant à la possibilité de ne pas jeûner pendant les examens. L’élément principal étant le fait qu’il est interdit à un étudiant musulman de commencer sa journée sans être en état de jeûne. La fatwa du conseil théologique revient sur la possibilité de couper le jeûne en cas de force majeur comme un malaise handicapant, …

Une position au final qui revient sur l’avis traditionnel qui n’autorise pas les étudiants à ne pas jeûner pendant leurs examens contrairement à ce qui avait pu être déclaré quelques jours avant. Evidemment, le Conseil Théologique assure  que “l’étudiant ou l’élève pubère reste avec tout cela, seul responsable de sa propre personne devant Dieu”…

Partagez :