Aïd al-Fitr – Selon l’Imâm Mâlik, on ne suit pas le dirigeant quand il se base sur le calcul astronomique

L’Érudit Cheikh Sâlih Al-Luhaidâne – qu’Allah le préserve – (membre du Comité des Grands Savants d’Arabie Saoudite) a rapporté dans son livre “Al-Ahkâm Almuta’alliqa bil Hilâl” l’avis de l’Imâm Mâlik -qu’Allah lui fasse miséricorde- concernant le suivi du dirigeant qui diverge avec le consensus et qui s’appuie sur le calcul astronomique pour déterminer le début ou la fin du mois de Ramadan:

« Ibn Nâfi’ a rapporté d’après Mâlik qu’on ne suit pas le dirigeant qui s’appuie sur le calcul, et il a également rapporté dans son livre “Sharh Al-Murchid” d’après Al-Qurâfî (L’Imâm Shihâbuddine Al-Qurâfi Al-Mâlikî mort en 684H) que si le dirigeant considère le calcul et l’utilise pour confirmer l’apparition du croissant, il ne doit pas être suivi, vu qu’il y a consensus des salafs sur ce qui l’oppose… » [Magazine des Recherches Islamiques 27 p.91]

Quand il fut questionné sur un pays dont le dirigeant s’appuyait sur le calcul et annonçait la fin du mois de Ramadan un ou deux jour en avance, l’Érudit Cheikh ‘Obayd Al-Jâbirî – qu’Allah le préserve – (ancien Professeur à l’Université Islamique de Médine) a détaillé cette situation en disant:

« Les gens de ce pays, dont le gouverneur ne considère pas la vue mais plutôt s’appuie sur l’astronomie, la règle de base c’est qu’ils ne le suivent pas, car ceci est contraire à la Sunna du Prophète -que la bénédiction et la paix d’Allah soient sur lui-. Ils ne doivent pas le suivre ni pour jeûner (le début de Ramadan) ni pour la rupture du jeûne (à la fin du mois). Et deux cas se présenteront à eux :

Le premier c’est qu’ils craignent l’oppression du gouverneur injuste et transgresseur… alors concernant le jeûne, ils ont le choix sans doute, soit ils mangent en secret, soit ils jeûnent et considèrent ce jeûne comme étant surérogatoire (Nâfila), et il ne leur est pas permis de considérer ce jeûne comme une obligation (faisant partie du Ramadan)… et dans le cas de la rupture du jeûne, ils peuvent jeûner en secret s’ils le craignent.

De cela vous comprenez que s’ils ne craignent pas l’oppression de ce gouverneur injuste et transgresseur, ils ne doivent pas le suivre ni pour jeûner ni pour la rupture du jeûne. Ils doivent suivre ceux qui font un effort ou celui, parmi les états, qui fait un effort dans l’observation du croissant selon la législation de Mohammad -que la bénédiction et la paix d’Allah soient sur lui-

Le deuxième cas: s’ils ne le craignent pas et qu’il ne les poursuit pas et ne s’intéresse pas à ce qu’ils font, ceux là leur cas est claire. Si leur pays jeûne selon l’astronomie, ils ne jeûnent pas. De même si leur pays rompe le jeûne selon l’astronomie, ils ne doivent pas manger. Ils suivent alors le pays le plus fiable dans l’observation du croissant pour le jeûne ainsi que pour la rupture du jeûne. Wa bi-Allahi tawfiq…

Et la prière de l’îd suit ce que nous avons détaillé pour le jeûne et sa rupture. Mais, Il se peut qu’il y ait des hommes qui ont des postes importants dans l’état et qui doivent être présent (le jour de l’îd avec le dirigeant). S’ils craignent les dégâts et l’oppression du gouverneur, ils peuvent alors jeûner en secret et assister à la prière de l’îd ».

[source: www.sahab.net/forums/index.php?showtopic=104198]

Lien PDF : http://www.centre-al-forqane.be/Livres/Manhaj/calcul_astronomique.pdf

Centre Al-Forqane | ASBL www.centre-al-forqane.be

Partagez :