Algérie : un journaliste sanctionné pour l’omission d’un « Monsieur le président de la République »

Algérie : un journaliste sanctionné pour l’omission d’un « Monsieur le président de la République »

Ahmed Lahri ne présentera plus le journal télévisé du soir sur Canal Algérie, accusé d’avoir prononcé le nom d’Abdelaziz Bouteflika sans citer sa fonction.

Une décision confirmée par le ministre de la Communication Hamid Grine, qui suscite colère et indignation de la part de nombreux algériens.

Dans un premier temps, la version officielle est qu’il n’a pas été suspendu mais “affecté à un autre service”.

Puis l’affaire ayant pris de l’ampleur une autre version a été donné :

 

“Tous les médias officiels mondiaux sont soumis à une éthique de travail propre au domaine public. Ahmed Lahri devait du respect au Président de la République en prononçant son nom”

De nombreuses pages de soutien ont été crées afin de soutenir le journaliste, devenu un symbole de la liberté d’expression.

Dans un pays où de nombreux actes répréhensibles sont pratiqués ouvertement, cette décision apparait plus que surprenante.

Partagez :