Syrie : l’armée russe a tué au moins 370 personnes, dont 127 civils

Depuis plusieurs semaines, la Russie bombarde la rébellion sunnite en Syrie. Des bombardements en soutien à Bachar Al Assad qui tuent combattants et civils désarmés.

Depuis le 30 septembre, la Russie aurait tué au moins 370 personnes indique une ONG syrienne. Selon les chiffres fournies par cette organisation, 243 combattants auraient été tués parmi lesquels 52 du groupe jihadiste Etat Islamique (EI) et 127 civils, affirme Rami Abdel Rahamen de l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme. Parmi ces victimes ne participant pas aux combats, on compte 36 enfants et 34 femmes.

Vladimir Poutine a engagé l’armée russe afin de soutenir le régime sanguinaire de Bachar Al Assad au moment où tout semblait perdu pour le dictateur. Si officiellement, la Russie est entrée en guerre contre le groupe jihadiste Etat Islamique, de nombreux experts soupçonnent les russes de vouloir mettre en place un état alaouite avec l’aide de 2000 combattants chiites iraniens et libanais soutenant l’armée syrienne au sol.

Les premières victimes de ces bombardements sont les combattants jugés “modérés” par l’Occident. Ces derniers possèdent des territoires dans le pré-carré alaouite de Bachar Al Assad notamment à Hama, Alep et Homs. L’armée russe bombarde également et dans une moindre mesure les positions de l’EI, notamment sa capitale Raqqa, largement plus à l’est du pays.

A noter, la rencontre entre Bachar Al Assad et Vladimir Poutine à Moscou. Le dictateur syrien a remercié la Russie d’être intervenue militairement dans son pays afin de mettre un terme à la progression des groupes armés sunnites. Depuis près d’un mois, Poutine est devenu un héros chez les populations chiites qui le voient comme le sauveur.

Partagez :