SodaStream renonce à son implantation en Palestine occupée suite au Boycott BDS et … le CCIF ?

SodaStream renonce à son implantation en Palestine occupée suite au Boycott BDS et le CCIF ?

L’entreprise israélienne SodaStream a du renoncer à son implantation en territoires palestiniens occupés par les israéliens.

Le marchand de machine à gazéifier les boissons va ainsi démanteler sa principale unité de production située en Cisjordanie occupée du fait d’une large campagne de boycott contre ses produits.

En effet, le mouvement international BDS « Boycott, Désinvestissement, Sanctions », a réussi avec succès à produire une réelle prise de conscience via les réseaux sociaux sur l’importance de ” boycotter une entreprise qui gagnait de l’argent en profitant des conditions d’apartheid infligé à tout un peuple colonisé “.

L’effet psychologique est monstre et démontre à tous les sceptiques que les campagnes de boycott bien organisées peuvent réussir et fragiliser la position économique et diplomatique de l’israel.

L’effet a été tel que le dirigeant juif de l’entreprise s’est dit prêt à payer des impôts à un futur État palestinien …

BDS avait également demandé au printemps dernier aux associations tel que le CCIF ou la Campagne Stop Contrôle au Faciès ” de refuser les fonds en provenance de George Soros et de ses fondations (dont Open Society), tant que Mr Soros investira dans des sociétés comme SodaStream et Teva, complices de l’occupation et de la colonisation des terres palestiniennes. “

Ces dernières associations avaient annoncé répondre à cette demande mais n’ont pas donné suite depuis. Pourtant les bombardements de Gaza auraient peut-être du accélérer leurs réflexions.

Il n’en demeure pas moins que des géants de la finance et de l’industrie ont reculé face à cette prise de conscience collective contre l’apartheid israélien. C’est une première victoire qui en augure d’autres …

Peut-être les nôtres suivront-ils aussi bientôt ?

[divider]

Note : La rédaction d’Islam&Info reste ouverte à toute entretien en vue de clarifier les positions de chacun et nous nous gardons bien de juger les dernières associations citées et l’ensemble de leurs membres à l’aune de cette seule critique. Nous les remercions même pour le travail effectué et espérons que cette question posée aboutira à l’ouverture d’un débat constructif et fraternel en vue de répondre aux interrogations de la Communauté très sensible à la cause palestinienne.

[divider]

Partagez :