Guantanamo : Les Etats-Unis n’auront plus le droit de forcer les prisonniers à manger

Depuis l’été 2013, nombre de prisonniers de Guantanamo avaient entamé une grève de la faim. Or, depuis plusieurs mois, les militaires américains alimentent de force les prisonniers.

Cependant, la juge Gladys Kessler a exigé que les militaires de la prison de Guantanamo arrêtent l’alimentation de force d’un prisonnier nommé Abu Wa’el Dhiab, âgé de 42 ans ceci avant son audience du 21 mai. La juge refuse que le prisonnier soit sorti de sa cellule. Le Pentagone a accepté cette décision de justice.

Cette juge est la première à porter haut et fort la voix de dizaines de prisonniers musulmans détenus sans respect des droits internationaux. 

Le fait de forcer les prisonniers à s’alimenter est critiquer par de multiples associations humanitaires et des droits de l’Homme.

Cette prise de position est un espoir pour mettre en exergue les conditions d’incarcération à Guantanamo notamment des  « détenus à durée indéterminée » (« indefinite detainees »). 48 détenus seraient concernés par ce terme d’après les documents militaires officiels dévoilés par le Miami Herald en 2013.

L’administration Obama et l’armée américaine ne veulent pas employer l’expression “grève de la faim”, ils préfèrent évoquer des détenus ayant « perdu un poids important ». De même, l’armée ne communique pas sur l’évolution du nombre de grévistes de la faim.

Partagez :