Affaire Baby Loup – Fatima Afif formera encore un pourvoi en Cassation et à la CEDH

L’affaire Baby-Loup est loin d’être terminée. En effet, n’importe quel juriste débutant vous confirmera que l’on ne peut licencier une personne en raison de ses convictions religieuses. Cette affaire affole les élites française car Fatima Afif n’a pas cédé aux pressions diverses et a fait valoir ses droits en Justice. Une employée peut travailler avec son voile en entreprise que ce soit dit et proclamé, n’en déplaise aux islamophobes.

La plaignante va d’ailleurs former un pourvoi en cassation suite à cette décision “surprenante” de la Cour d’appel. Cette fois, si la Cour de Cassation rassemblée en Assemblée Plénière confirme la première décision de la Cour de Cassation favorable à la plaignante alors l’affaire sera renvoyée vers une Cour d’appel qui sera obligée, et non plus libre, d’appliquer la décision. En clair, les élites françaises tentent de gagner du temps mais le combat est perdu d’avance pour elles …

Quand bien même le pourvoi en Cassation était défavorable, la CEDH ( Cour Européenne des Droits de l’Homme) a déjà rendu maintes décisions favorables aux plaignants discriminés au travail en raison de leur appartenance religieuse … même pour leur voile !

C’est pour toutes ces raisons que nous devons nous trouver derrière notre sœur et n’accepter aucun diktat politique d’où qu’il vienne. Les promoteurs du droit à la femme de s’émanciper par le travail vous montrent là leur vrai visage, celui de la haine anti musulmane. Nous devons donc chacun à notre niveau ne plus hésiter à porter le combat pour notre liberté dans les tribunaux, les médias alternatifs et la rue. Les réactions hystériques des laïcards de tout bord ne sont que le dernier cri d’une bête blessée à l’agonie. Veillons à l’achever par notre mobilisation de tous les instants et notre solidarité sans faille !

Le fait que l’avocat de la crèche Baby Loup, Richard Malka, défende également Charlie Hebdo lors de ses sorties islamophobes et donne des conférences à Tel Aviv en compagnie d’Elisabeth Lévy, de Finkielkraut, et de Fourest montre que le vrai combat pour ces gens n’est peut-être pas celui de la défense de la femme ou de la laïcité … Notre lutte est donc celle de la résistance, de la dignité et de la liberté face à un obscurantisme qui ne dit pas son nom.

La rue musulmane est de plus en plus exaspérée de voir l’acharnement de certains politiques et certains milieux contre la femme musulmane. Cette obsession ne restera pas sans séquelles dans les esprits des victimes. En se rangeant derrière ces fanatiques antimusulmans, la caste politique risque à terme de se priver à jamais de ses subsides …

Partagez :