L’enfant de la maman Belfortaine voilée est traumatisé

L’enfant de CM2 dont la mère a été agressée est traumatisée.

Hélas, pas un jour ne passe sans qu’une femme musulmane ne soit humiliée, voire même  agressée.

Mais aujourd’hui l’heure est grave puisqu’une maman voilée a été apostrophée au sein d’un l’hémicycle et ce en présence d’enfants.

En effet, cette maman a été agressée verbalement par Julien Odoul, élu Rassemblement National, qui lui a demandé de retirer son voile, suscitant même une interruption de la séance. Il a aussi insisté auprès de la  présidente de région pour la faire partir.

Qui est cet élu, qui se croit au dessus des lois en brandissant l’article 6 ( interdiction de troubler l’ordre) du règlement intérieur pour faire ôter le voile d’une accompagnatrice ? Article 6, qui s’il avait été appliqué, aurait permis à la présidente du Conseil de virer Mr Odoul de l’assemblée, troublant visiblement fortement le bon déroulement de la séance.

Pourtant, la mère a fini par quitter les lieux, accompagnée de son enfant de CM2, qui pleurait à chaudes larmes, visiblement choqué par l’agression subie par sa maman.

D’ailleurs, elle a été agressée une seconde fois en présence de son enfant, impuissant face à ces attaques.  Cette fois- ci c’est une  élue non-inscrite de Haute Saone, Karine Champy, qui l’attrape au sous sol en la menaçant ‘’Vous êtes soumise, vous allez voir, quand les Russes vont arriver, vous allez dégager !’’

Cette même femme qui quelques minutes auparavant  lors des échanges dans l’hémicycle avait cité “Houellebecq qui a raison” et dénoncé la “lâcheté et la soumission du pays face à l’islamisme”. C’est un agent de sécurité qui a réussi à mettre fin à cette agression.

L’enfant est choqué, il revit la scène chaque nuit et s’imagine que sa maman se fait tuer.

“L’enfant est traumatisé par ces attaques portées contre sa mère, il a fait des cauchemars où il imagine que tous veulent la tuer, il faudra un suivi psychologique pour l’ensemble des élèves de CM2 qui ont assisté à cette scène “.

Mr Odoul devrait se poser la question sur les conséquences dramatiques de son acte, obligeant l’établissement scolaire à mettre en place une cellule psychologique pour l’ensemble des élèves et corps enseignant ayant assisté à cette scène.

Il faut rappeler à Mr Odoul que rien n’interdit, dans la loi, le port du voile dans un hémicycle malgré ces multiples tentatives de prouver le contraire. D’ailleurs, à titre d’information, il est totalement illégal d’interdire les parents voilées au sein de l’espace publique. Seuls les professeurs et les élèves ont un devoir de neutralité depuis la loi de 2004 qui interdit les signes religieux au sein des établissements scolaires publiques.

Partagez :