Un rapport de l’ONU accuse l’armée birmane de génocide contre les Rohingyas

Les hauts responsables militaires du Myanmar doivent être poursuivis pour génocide et crimes de guerre contre les Rohingya et autres minorités ethniques, a exigé une mission d’enquête des Nations unies.

La mission, créée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en mars 2017, a constaté que les forces armées du Myanmar avaient pris des mesures qui “constituent sans aucun doute les crimes les plus graves du droit international”.

S’exprimant lundi à Genève, Marzuki Darusman, président de la mission d’enquête, a déclaré que ses chercheurs avaient rassemblé une grande quantité d’informations primaires, basées sur 875 entretiens avec des témoins et des victimes, des images satellites et des photos et vidéos vérifiées.

Marzuki a déclaré que les victimes ont connu “les violations des droits de l’homme les plus choquantes” qu’il avait rencontrées et qu’ils “laisseraient une marque pour nous tous pour le reste de nos vies”.

Il a décrit l’armée du Myanmar comme ayant fait preuve d’un «mépris flagrant pour la vie» et fait preuve d’une «brutalité extrême».

“Les Rohingyas sont dans une situation de sévère oppression systémique et institutionnalisée depuis la naissance jusqu’à la mort”, a déclaré Marzuki.

Le rapport de l’ONU indique que les généraux militaires, y compris le commandant en chef Min Aung Hlaing, doivent faire l’objet d’enquêtes et de poursuites pour génocide dans l’Etat de Rakhine, ainsi que de crimes contre l’humanité et autres crimes de guerre dans les Etats Kachin, Shan et Rakhine.

Le rapport distingue l’armée du Myanmar, connue sous le nom de Tatmadaw, mais ajoute que d’autres agences de sécurité du Myanmar ont également été impliquées dans les abus.

“Les nécessités militaires ne justifieraient jamais de tuer, discriminer, de violer des groupes de femmes, d’agresser des enfants et de brûler des villages entiers”, indique le rapport.

“Les tactiques de la Tatmadaw sont systématiquement et largement disproportionnées par rapport aux menaces réelles à la sécurité, en particulier dans l’Etat de Rakhine, mais aussi dans le nord du Myanmar”.

“Le mépris du Tatmadaw pour la vie humaine, l’intégrité et la liberté, et pour le droit international en général, devrait être une source de préoccupation pour l’ensemble de la population”.

L’armée du Myanmar est accusée d’avoir participé à des meurtres, à de fausses peines d’emprisonnement, à la torture, à l’esclavage sexuel et au viol.

Partagez :