Le sondage qui fait peur : 28% de musulmans “rigoristes” et “en rupture avec les valeurs de la République”

Le JDD sort aujourd’hui une enquête IFOP commandée par l’Institut Montaigne et réalisée par Hakim El Karoui, proche de Jean-Pierre Raffarin, premier ministre sous Jacques Chirac. De cette enquête effectuée sur 1.029 personnes de confession ou de culture musulmane (dont 874 se déclarant musulmanes) ne ressort dans les médias que le chiffre de “28% de musulmans en rupture avec les valeurs de la République”.

Les médias titrent tous ce dimanche matin ” Musulmans de France: pour 29% des sondés, la charia est plus importante que la loi de la République”. Des titres racoleurs qui entraînent rapidement sur les réseaux sociaux des propos racistes et islamophobes dans les fils de discussion. 

Le rapport publié par le JDD évoque notamment le nombre de musulmans en France, leur religiosité (Ramadan, halal, voile ou fréquentation des mosquées) ou encore leur vision du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman). 

Pour Anouar Kbibech, président du CFCM, le chiffre de 28% de musulmans “rigoristes” et “en rupture avec les valeurs de la République” est totalement disproportionné. Il s’agirait selon lui d’une infime minorité de jeunes.

“La quasi-totalité des musulmans de France sont très très attachés à leur pays, aux valeurs de la République. Ils le proclament haut et fort tous les jours”, martèle Anouar Kbibech au micro d’Europe 1. “Un certain nombre de jeunes peuvent parfois être attirés par quelques thèses ou quelques interprétations erronées d’un certain nombre de préceptes. Mais c’est une infime minorité”, insiste-t-il.

Depuis quelques années, les sondages mettant au ban de la société la communauté musulmane se multiplient. En évoquant les sujets de crispation comme la charia, fantasmée par l’opinion publique, les médias s’assurent un rejet des musulmans via des sondages souvent orientés.

Partagez :