“Apocalyse” : L’overdose de propagande – Anis al Fayda

En cette année où l’on commémore le centenaire de la Grande Guerre, France 2 nous as gratifié du documentaire Apocalypse, avec la voix de l’inénarrable Mathieu Kassowitz.

Tout d’abord, il convient de revenir sur le sens du mot « apocalypse ». En effet, l’apocalypse veut dire dévoilement, et non pas destruction. Bien que la destruction, l’effondrement du modèle économique ultra-libéral arrive, alors seront dévoilés les rôles de chacun, les masques tomberont.

Entre les élections municipales et les élections européennes, la diffusion de cette série documentaire ne doit bien évidemment rien au hasard.

À l’heure du retour des nationalismes, ou de ce que les médias appellent avec dégoût les populismes, à l’heure de la critique du mondialisme grandissante, ce que l’on appelle le système politico-médiatique avait besoin de frapper un grand coup.

Hormis l’intérêt de voir images en couleur, ce documentaire n’apporte rien de bien neuf sur la connaissance des évènements, l’escalade des tensions ayant abouti à cette grande tragédie.

Pas un mot sur le grand capital, sur Wall Street et la révolution bolchévique. Ne demandons pas à Mathieu Kassowitz d’avoir lu Antony Sutton, il vient du show-business le pauvre.

Pas un mot ou très peu sur tirailleurs des colonies qui n’avaient rien demandé, qui ont été jetés dans une guerre qui ne les concernaient absolument pas. Les habitants de ces pays d’Afrique et d’Asie se moquaient alors éperdument de savoir si la déclaration sur la neutralité de la Belgique n’était qu’un chiffon de papier, si l’on devait dire Mulhaüsen ou Mulhouse, Elsass-Lothringen ou Alsace-Lorraine. Pas un mot non plus sur les Accords Sykes-Picot qui continuent d’ensanglanter la Terre Sainte.

Quel est le but d’une telle série ? Il faut diaboliser toujours plus le nationalisme, le patriotisme pour systématiquement les assimiler à la guerre. En omettant de rappeler que les révolutionnaires de 1789 lorsqu’ils exportèrent les idées révolutionnaires des chaudes rives du Guadalquivir, aux eaux glacées de la Bérézina, au son de la Marseillaise, de laCarmagnole ou autre, c’était au nom du patriotisme, du nationalisme.

Pourtant de nos jours si le nationalisme est diabolisé en Europe, d’autres pays ont quant à eux le droit de l’être. Ainsi les États-Unis ont le privilège de continuer à l’être, de défendre leurs intérêts au moyen de bombardements massifs.

Actuellement un pays comme la Russie montre qu’elle ne demande pas d’autorisation pour défendre ses intérêts avec ce qui se passe en Ukraine. Ceci nous rappelant que les rapports entre États basés sont basés sur les rapports de force, et non pas sur les bons sentiments, le sentimentalisme mielleux, qui faussent complètement les jugements et empêchent la réflexion.

Jamais on n’a autant fait la promotion du pacifisme, de la négociation, pourtant il n’y a jamais eu autant de guerres, d’hypocrisie dans les rapports internationaux. Les Droits de l’homme, la communauté internationale, sont des coquilles vides. Jamais il n’y eût autant de destruction, jamais la guerre économique n’a été aussi vivace, l’impérialisme culturel n’a été aussi intense. L’occidentalisation croissante du monde, sans que l’on se l’explique vraiment, l’entrée en vigueur du marché transatlantique, voilà des sujets que l’on voudrait voir abordé dans des documentaires. Pourtant, il n’y a rien là-dessus.

La guerre est hélas une constante dans l’histoire de l’humanité, penser l’abolir est une chimère, surtout quand ceux qui font l’éloge du pacifisme se révèlent être de bien grands va-t’en guerre.

Si vis pacem, para bellum, comme on dit à Aubervilliers.

Anis Al Fayda

chroniquedefranceetdumonde.blogspot.fr

*** L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction ***

Partagez :