www.humanappeal.fr/

Une citoyenne américaine aux origines palestiniennes détenue par Israël

www.tawhidtravel.com

Les autorités israéliennes l’ont qualifiée de menace pour l’État. Mais l’Américaine palestinienne Lara Alqasem, âgée de 22 ans, a déclaré qu’elle ne souhaitait étudier que les droits de l’homme et la justice transitionnelle à l’université hébraïque de Jérusalem.

Au lieu de cela, Alqasem est bloquée depuis une semaine à l’aéroport israélien Ben Gourion, dans l’attente d’un tribunal qui décidera si elle peut être expulsée pour activisme présumé pour le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), qu’Israël a criminalisé.

«C’est un peu un lieu de détention. Les conditions là-bas ne sont pas géniales. Mais elle va bien. Au moment où l’appel est prévu pour dimanche, a déclaré l’un de ses avocats, Yotam Ben Hillel, au journal The National .

L’étudiant en master, originaire de Floride et dont les grands-parents sont Palestiniens, est arrivé à Ben Gourion mardi dernier avec un visa d’étude approuvé par le consulat israélien à Miami, en Floride. Les autorités de la frontière l’ont ensuite interpellée et interrogée.

Mme Alqasem a nié les accusations. Elle a déclaré aux autorités aéroportuaires et à un tribunal de Tel-Aviv qu’elle n’était plus impliquée dans le groupe en question, Students for Justice in Palestine (SJP), et qu’elle n’avait jamais été «dirigeante» au sein de la direction nationale, en tant que critère d’application de la loi. En choisissant d’étudier dans une université israélienne, at-elle expliqué, elle ne boycotte manifestement pas l’État.

“Puisqu’elle n’est plus impliquée dans l’organisation et que les preuves contre elle ne sont vraiment pas significatives, je pense que l’appel devrait être accepté”, a déclaré M. Hillel.

Mais sa décision de riposter et de faire appel de l’expulsion l’a amenée à faire face, jusqu’à récemment, à une bataille en grande partie silencieuse menée dans les aéroports d’Israël: la lutte pour entrer avec dignité.

Les responsables israéliens ont refusé l’entrée à 16 personnes depuis l’entrée en vigueur de la clause anti-BDS en mars dernier, selon des responsables.

La loi israélienne anti-BDS ne fait pas de distinction entre les diverses activités de boycott, des campagnes contre les produits fabriqués dans les colonies israéliennes illégales aux pressions exercées sur les entreprises internationales, les célébrités et les universitaires pour qu’ils ne fassent pas d’affaires dans le pays.

Les avocats et les défenseurs des droits de l’homme ont déclaré qu’ils pensaient que le nombre était beaucoup plus élevé à cause de cela. Les personnes ciblées peuvent se voir officiellement refuser l’entrée au pays en raison de fausses informations ou de leur non-conformité, alors qu’en réalité, le soutien à la campagne BDS a joué un rôle majeur dans la décision.

Partagez :

www.tawhidtravel.com/