Yémen : l’ONU pourrait poursuivre les deux camps pour “crimes de guerre”

Toutes les parties du conflit sanglant au Yémen peuvent avoir commis des crimes de guerre impliquant des frappes aériennes meurtrières, des violences sexuelles endémiques et le recrutement d’enfants soldats, ont déclaré mardi les Nations unies.    

Une équipe d’enquêteurs mandatés par l’ONU a déclaré dans un rapport qu’elle avait “des motifs de croire que les parties au conflit armé au Yémen ont commis un nombre important de violations du droit international humanitaire”.

Un grand nombre de ces violations peuvent constituer des “crimes de guerre”, selon le rapport, indiquant que des arrestations arbitraires, des viols, des actes de torture et le recrutement d’enfants aussi jeunes que huit ans étaient généralisés.

Kamel Jendoubi, qui dirige l’équipe de l’ONU, a déclaré que les enquêteurs avaient identifié un certain nombre d’auteurs présumés.

“Une liste confidentielle de ces personnes sera présentée aujourd’hui au Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme”, a-t-il déclaré aux journalistes à Genève.

Partagez :