Yémen : la violence sexuelle sévit dans les prisons contrôlées par les Emirats Arabes Unis

Des témoins ont affirmé à l’Associated Press que des gardes yéménites travaillant sous la direction d’officiers émiratis utilisaient diverses méthodes de torture et d’humiliation sexuelles, y compris le viol filmé et l’agression de détenus.

De l’intérieur d’une prison yéménite contrôlée par les Emirats arabes unis – un allié des États-Unis – un détenu yéménite détenu sans inculpation a relaté des allégations de torture et d’abus sexuels à travers des dessins. 

Dans la prison de Beir Ahmed, dans la ville d’Aden, sud du pays, les dessins semblent offrir un aperçu sinistre d’un monde caché d’abus flagrants des droits de l’homme par des officiers des EAU agissant en toute impunité.

La violence sexuelle est un outil essentiel visant à brutaliser les détenus et à extorquer des «aveux», a déclaré le dessinateur et six autres détenus.

Les dessins – réalisés sur des plaques de plastique – montrent un homme suspendu à des chaînes pendant qu’il est soumis à des décharges électriques, un autre détenu entouré de chiens dangereux alors que plusieurs personnes le frappent et d’autres représentations graphiques montrent des viols.

“Le pire, c’est que je souhaite la mort tous les jours et je ne peux pas la trouver”, a déclaré le dessinateur, résumant près de deux ans de détention qui ont commencé l’année dernière après avoir parlé en public aux Emiratis.

Les prisons secrètes des Émirats arabes unis et la torture généralisée ont été détaillées dans une enquête de l’AP en juin dernier. 

L’AP indique avoir depuis identifié au moins cinq prisons où les forces de sécurité utilisent la torture sexuelle pour brutaliser et casser les détenus.

Partagez :