target="_blank"

Syrie : A La Ghouta, 400 000 civils vivent sous les bombardements des troupes de Bachar

Des résidents désespérés piégés dans la Ghouta orientale ont attendu leur “tour de mourir” mercredi sous l’un des bombardements les plus intenses de la guerre syrienne.

Le chef des droits de l’homme de l’ONU, Zeid Ra’ad Al-Hussein, a décrit l’agression des forces du régime syrien comme une “monstrueuse campagne d’anéantissement” contre le territoire contrôlé par l’opposition aux abords de Damas.

Au moins 310 personnes ont été tuées dans le district depuis dimanche soir et plus de 1 550 blessées, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Au moins 38 personnes sont mortes mercredi.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé à un arrêt immédiat des combats afin de permettre l’acheminement de l’aide aux personnes dans le besoin et l’évacuation des blessés.

Le bombardement a signifié que les 400 000 personnes piégées dans la région “vivent un enfer sur Terre”, a déclaré M. Guterres au Conseil de sécurité.

“Nous attendons notre tour de mourir. C’est la seule chose que je peux dire “, a déclaré Bilal Abu Salah, 22 ans, dont la femme est enceinte de cinq mois dans la plus grande ville de la Ghouta orientale Douma.

“Presque toutes les personnes qui vivent ici vivent dans des abris maintenant. Il y a cinq ou six familles dans une maison. Il n’y a pas de nourriture, pas de marché », a-t-il déclaré à Reuters.

Des images de l’intérieur de la zone ont montré des hommes fouillant dans les décombres des bâtiments détruits, transportant des gens endoloris à l’hôpital et recroquevillés dans des rues jonchées de débris.

Un médecin travaillant dans la région a déclaré à la BBC que la situation est “catastrophique”.

“Nous n’avons rien – pas de nourriture, pas de médicaments, pas d’abris”, a déclaré le Dr Bassam.

“Peut-être que chaque minute nous avons 10 ou 20 frappes aériennes … Je vais traiter quelqu’un – et après un jour ou deux, ils reviennent, blessés à nouveau.”

Il a dit que la communauté internationale avait abandonné les gens qui y vivaient.

La Ghouta orientale, un district agricole densément peuplé, est la dernière grande zone proche de la capitale encore sous contrôle rebelle. Elle est assiégée par les forces du régime depuis des années.

Partagez :

target="_blank"