L’administration de Donald Trump refuse toute cérémonie symbolique pour Ramadan

Le secrétaire d’État Rex Tillerson a refusé d’organiser une cérémonie symbolique afin de marquer le début du mois béni de Ramadan à la Maison Blanche. Une énième rupture de l’administration Trump avec une tradition bipartite en place à quelques exceptions près depuis près de 20 ans.

Depuis 1999, les secrétaires d’État républicains et démocrates ont presque toujours accueilli un dîner de l’Iftar ou une réception marquant la fête de l’Eid al-Fitr.

Tillerson a refusé une demande du Bureau des cultes afin d’accueillir une réception pour l’Eid al-Fitr dans le cadre des célébrations du Ramadan, a déclaré deux responsables américains qui ont refusé d’être identifiés parce qu’ils n’étaient pas autorisés à parler publiquement.

Selon un mémo du 6 avril vu par Reuters, le bureau – qui déclenche généralement de tels événements – a recommandé que Tillerson tienne une réception pour l’Eid al-Fitr. Son rejet de la demande suggère qu’il n’y a aucun plan cette année pour célébrer symboliquement le début comme la fin du mois de Ramadan.

Un porte-parole du Département d’Etat a pour l’instant refusé de répondre à Reuters sur cette question épineuse :

 

“Nous explorons toujours les options possibles pour célébrer l’Eid al-Fitr, qui marque la fin du mois du Ramadan. Les ambassadeurs américains sont encouragés à célébrer le Ramadan à travers diverses activités, qui se déroulent chaque année dans des missions à travers le monde”.

Les militants musulmans ont accusé l’administration du président Donald Trump d’avoir une attitude hostile envers l’islam. Ils ont également rappelés les dispositions prises par Trump pour interdire aux citoyens de plusieurs pays à majorité musulmane d’entrer aux États-Unis.

 

Partagez :