Strasbourg : échec des “purges anti-radicalisme” à l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem se justifie

Depuis hier, les médias évoquent un attentat terroriste imminent déjoué à Strasbourg. Au moins 7 personnes ont été interpellées dont un animateur périscolaire d’une école maternelle de Strasbourg.

La ministre de l’Education Nationale a indiqué qu’une réunion allait avoir lieu avec les parents d’élèves afin de les rassurer. Face aux médias, Najat Vallaud Belkacem a dû préciser que l’homme arrêté n’était pas connu des services de renseignements.

“Il n’y avait eu aucun signe de radicalisation”, a assuré la ministre de l’Éducation nationale au micro de BFMTV.

Depuis quelques années, le Ministère de l’Education Nationale travaille avec le Ministère de l’Intérieur au fichage des élèves potentiellement “radicaux”. Il en est de même pour les professeurs et autres personnels des écoles. Plusieurs professeurs ont déjà été écartés de leur poste d’enseignant sans véritable motif clair.

Le suspect arrêté ce week-end était “inconnu des services de renseignements” selon la Ministre de l’Education Nationale. Une affirmation étrange alors que les sept suspects ont été arrêtés suite à une enquête des services anti-terroristes. Manque de transparence entre les services ? Echec de la “politique anti-radicalisme” menée par l’Education Nationale ? Pour l’instant aucune remise en question de la part de Najat Vallaud-Belkacem.

 

Partagez :