Benoît Hamon : “Aux yeux de nombreux Français, un bon musulman, c’est un musulman qui n’est pas musulman”

Benoît Hamon, candidat aux primaires socialistes, se présente comme l’anti-Valls. Le député des Yvelines a affirmé son opposition dans la politique sociale et identitaire du gouvernement socialiste actuel.

Devant 500 partisans rassemblés à St Denis (93) pour son premier meeting, Benoît Hamon a souhaité marqué sa fracture avec l’actuelle politique du gouvernement Manuel Valls. Le député des Yvelines a ainsi critiqué les sujets majeurs sur lesquels il s’oppose avec le gouvernement tels que la loi Travail, les questions autour de l’islam et la laïcité.

“Je vois dans l’hystérie qui entoure la question de la place de l’Islam en France une conception dévoyée de la laïcité”. […]  “Aux yeux de nombreux Français, un bon musulman, c’est un musulman qui n’est pas musulman, c’est un musulman invisible.”

Des déclarations qui vont évidement à l’opposée de celles de Manuel Valls qui depuis 5 ans appelle les musulmans à se renier. Une position qui est d’ailleurs reprochée au Premier Ministre à plusieurs reprises par le candidat de la gauche du Parti Socialiste.

“Je me réjouis de la solidité de notre République quand elle rappelle le droit à notre Premier ministre. Comment [Manuel Valls] a-t-il pu se trouver désavoué aux côtés des Sarkozy, Ciotti, Estrosi, Le Pen ?”

La primaire au Parti Socialiste s’annonce déjà dévastatrice à l’heure où le gouvernement s’est divisé publiquement sur la question du burkini. 

François Hollande, qui a été élu grâce à un vote de rejet de la politique de Nicolas Sarkozy par 98% des électeurs musulmans, ne pourra plus compter sur la communauté musulmane et les banlieues qui ont été trahis par le Président de la République. Un bras de fer à gauche va se jouer pour savoir si ce dernier se présente à nouveau au risque de ne pas atteindre le second tour de la présidentielle ou s’il laisse sa place à Manuel Valls, Arnaud Montbourg ou Benoît Hamon.

 

Partagez :