Les musulmans rêvent d’un super héros alors qu’ils le sont tous un peu !

Cet été 2016 est surement le plus chaud que les musulmans de France aient connu depuis des décennies. Évidement il n’est pas question de température mais bien d’un pic inédit dans l’intolérance et la haine.

La polémique autour du fameux burkini n’est que le dernier épisode d’une longue série visant la visibilité des musulmans. Le nouveau “grand vizir” de la République, Jean Pierre Chevènement, pressenti au poste de responsable de La Fondation de l’Islam de France, a déjà fait savoir à ses nouveaux “sujets” qu’ils devaient être plus discrets.

«Le conseil que je donne dans cette période difficile – comme le recteur de la mosquée de Bordeaux – est celui de discrétion.»

Le musulman invisible théorisé par l’imam autodidacte Tareq Oubrou a fait des émules dans la classe politique française. Il est vrai qu’à l’instar de la période coloniale, le colonisé doit être émasculé, sa femme dévoilée. Cette fameuse affiche de propagande intitulée “N’êtes-vous donc pas jolies ? Dévoilez-vous!” n’a jamais été autant d’actualité. Manuel Valls, premier Ministre, évoquait un signe de soumission de la femme tout en appelant à l’interdiction des étudiantes voilées dans les universités, un contre-sens qui visiblement ne pose plus aucun problème à une classe politico-médiatique en roue libre.

Le CFCM, appareil d’Etat qui a échoué dans sa mission de domestication de l’Islam en France, n’a jamais réagi face à la montée de l’islamophobie, préférant à l’image de son président, Anouar Kbibech, présenter certains de ses coreligionnaires comme opposés au “vivre ensemble”. Une fatwa ouvrant la porte à des mesures liberticides sous couvert de lutte contre le communautarisme.

kbibech

Récemment, le CCIF lançait une campagne d’adhésion afin d’avoir les moyens de réagir face à ces attaques quotidiennes. L’association qui combat l’islamophobie depuis 10 ans avouait que pour réussir à mener à bien sa mission, son nombre d’adhérents devait attendre 40 000, très loin des 5 000 actuels.

Si certaines bonnes volontés sont mises en valeur grâce aux réseaux sociaux, il faut avouer que nos moyens mis en place sont ridicules face au rouleau compresseur politico-médiatique lancé depuis plus d’une décennie contre l’islam en France.

Les sondages montrent qu’une majorité importante des français sont désormais hostiles ou au moins méfiants vis-à-vis de l’islam. Les chaînes d’information en continue et les faits divers montés en épingle ne font qu’amplifier cette haine qui se caractérise désormais par des agressions physiques graves, comme en Corse, ou par des mesures discriminatoires voire ségrégatives comme sur les plages de Cannes où les femmes voilées sont désormais chassées à coup d’amendes et d’humiliation.

burkini sondage

Malgré cette situation déplorable, la majorité des musulmans restent passifs, hagards.

Incapacité de réagir, théories du complot entraînant des mythes incapacitants, insouciance pure… Les raisons sont nombreuses mais il semblerait que beaucoup croient à l’arrivée d’un super héros digne d’une production hollywoodienne venant sauver les gentils ou faire fuir les méchants… Un doux rêve qui nous interroge sur la starification via Facebook de certains “leaders” de la communauté musulmane qui passent plus leur temps à twitter qu’à agir. Experts de la communication, ils n’ont souvent que très peu de moyens pour réagir mais font rêver leur auditoire transformé en fan club.

Depuis la loi sur le voile en 2004, interdisant les musulmanes qui le souhaitent à porter le voile dans les établissements scolaires, la communauté musulmane n’a jamais réussi à réagir efficacement pour contrer les dispositions discriminatoires légalisées par une grande partie de classe politique raciste. Une décennie et quelques années après, la situation est gravissime, les prémices d’une ségrégation institutionnalisée font surface comme le montrent les ratonnades en Corse, les arrêtés de certains maires interdisant les tenues dites “non laïques” sur les plages ou encore la légalisation de mesures réservées aux musulmans comme les milliers de perquisitions ces derniers mois.

islamophobie

Devant la trahison des principales associations dites représentatives des musulmans de France et le silence de la majorité des imams, il est temps que la communauté musulmane réagisse de manière spontanée sans contrôle de professionnels du militantisme embourgeoisés qui ont fait leur temps.

Le musulman ne réagit que par bons et sur des épiphénomènes qui n’interpellent que les principaux concernés. Le voile à l’université n’avait mobilisé que les étudiantes ou les futures étudiantes voire les parents de celles-ci mais pas une communauté globalisée comme un même corps. De même pour le burkini qui a fait s’élever les voix de ces baigneuses médiatisées contre leur gré tout en suscitant des réticences de la part d’une frange de la communauté. Il existe bien d’autres exemples mais le point sur lequel il est important d’insister est la nécessité de l’émergence d’une entité collective unifiée non pas par une figure fantoche attirée par la gloire mais bien par une impulsion virale presque vitale des nôtres. Défendre du plus “rigoureux” dans la pratique religieuse au plus “laxiste” pour les intérêts et la cause qui nous unissent.

Loin de dresser un discours utopique, le but ici est de pousser les musulmans à se sentir concernés par la situation politique dans son ensemble et de développer un sentiment d’appartenance engendrant une réelle émotion et une attention effective. Sans implication réelle sur le terrain, fort à parier que le destin du musulman en France est obscur.

Le sort des musulmans de France est entre leurs mains. 

 

Partagez :