Miloud H. licencié parce qu’il partage des sourates du Coran sur Facebook et critique C. Estrosi

Miloud H, conseiller en insertion dans une mission locale, a été licencié suite à des posts sur Facebook. Son employeur lui reproche notamment la publication de sourates du Coran et des critiques contre Christian Estrosi. 

Fin décembre 2015, Miloud H. a été licencié pour faute grave par le Président de la mission locale Didier Khelfa à l’issu du scrutin des élections régionales qui opposaient Marion Maréchal-Le Pen à Christian Estrosi. Ce père de 4 enfants, connu pour son sérieux et son dévouement dans son métier, a eu le “malheur” de critiquer dans le cadre de sa vie privée les positions du président de la région et maire de Nice. 

En réponse aux propos de Christian Estrosi,  « l’islam n’est pas compatible avec la démocratie », Miloud avait ajouté en surtitre ce commentaire : « il n’est pas compatible avec Salon, notre jeunesse et nos quartiers ni lui ni Le Pen : NI NI ». Une position personnelle dans un cadre personnel qui a déplu à son employeur alerté par le directeur général des services (DGS) de la Ville de Salon.

« Cette personne (…) prend des positions sur les réseaux sociaux qui ne me semblent pas, en l’état et sous réserve des vérifications qui s’imposent, compatibles avec l’activité qu’il exerce », écrit le DGS au Président de la mission locale.

Le compte Facebook du travailleur social est rapidement épluché par ses détracteurs. Ils y trouvent des prêches d’imams ou des rappels islamiques. Des positions religieuses personnelles qui sont retenues contre lui devant son employeur. 

« Depuis 2012, j’exprime sur Facebook mes opinions politiques et religieuses. La mission locale en avait connaissance et je n’y évoque pas mon travail », explique le concerné.

Ses 17 ans d’engagement dans le domaine du social n’auront pas suffi, Miloud, après un entretien avec son supérieur, a subi un licenciement discriminatoire et abusif pour des propos tenus dans un cadre privé. Les accusations de réserves dans le cadre de sa fonction ne tenant pas puisque Miloud n’est pas un fonctionnaire et a écrit les propos qui lui sont reprochés sur le mur de son Facebook personnel.

Une pétition a été créée par un collectif de soutien à Miloud H. qui a été injustement licencié dans un contexte politique malsain. Les signatures seront remises au Président de la mission locale du Pays Salonais et au maire Nicolas Isnard.

Pour soutenir Miloud H. et signer la pétition : www.change.org

 

 

 

Partagez :