Fausse agression antisémite : 6 mois de prison avec sursis contre le professeur mythomane

L’enseignant juif qui a avait prétendu avoir été agressé par trois individus avec des “tee-shirts de Daesh” a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Malgré l’enquête, l’homme a continué de nier ses mensonges.

Le tribunal correctionnel de Marseille (Bouches-du-Rhône) a condamné Sylvain Tsion Saadoun à 6 mois de prison avec sursis. Trois jours après les attentats du 13 novembre, ce professeur d’histoire d’une école privée juive avait déclaré avoir été agressé par trois hommes liés à l’organisation jihadiste Etat Islamique.

« La vérité, c’est qu’il n’a pas été agressé comme il le dit », a déclaré le procureur André Ribes, bien décidé à faire toute la lumière sur des mensonges qui ont rapidement été mis en doute par l’enquête. Pompiers, médecins, policiers ou encore experts… tous s’accordent à dire que les blessures au bras de la (fausse) victime ne peuvent être le résultat d’une agression.

« Ils m’ont demandé si j’étais juif ou musulman. Et, quand j’ai dit que j’étais juif, ils se sont rués sur moi et m’ont jeté à terre, en me disant qu’ils allaient me faire souffrir et me tuer », racontait le professeur d’histoire aux journalistes.

Pour le procureur, il ne fait aucun doute que l’hypothèse la plus probable est celle d’une automutilation. Les blessures de Sylvain Tsion Saadoun ne concordant pas avec le récit de son agression imaginaire.

Malgré ces mensonges honteux visant à stigmatiser un peu plus la communauté musulmane, ce cas isolé ne représente en rien l’ensemble de la communauté juive de Marseille qui vit dans une certaine harmonie avec le reste de la population. Récemment, une synagogue a été rachetée par une association musulmane afin d’être transformée en mosquée. Un achat qui démontre les bonnes relations entre communautés dans une ville cosmopolite. 

Partagez :