Prison ferme pour six membres de la LDJ accusés d’agression contre deux Français d’origine maghrébine

Plusieurs membres de la LDJ ont écopé d’une peine de prison ferme après avoir violemment agressé deux français d’origine maghrébine. L’un des accusés se serait sauvé en Israël pour éviter son incarcération.

Au printemps 2009, plusieurs membres de la LDJ avaient attaqué des militants et sympathisants de la cause palestinienne lors d’une soirée culturelle.

Vendredi dernier, le tribunal a statué et a condamné Jason Tibi et Yoni Sulman à 2 ans de prison ferme. Rudy Lalou à 1 an tandis qu’Azar Cohen, Maxime Schafier et Yohav Bensimon ont écopé de 9 mois ferme.

Les condamnations n’ont pas été assorties d’un mandat de dépôt. Les militants pro-palestiniens craignent qu’à l’image de Yoni Sulman qui se serait expatrié en Israël avant le jugement, les coupables prennent la fuite afin d’éviter l’incarcération.

Les six personnes condamnées encouraient des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement au vu de la gravité de l’agression en réunion, prémédité, avec arme et à raison de l’appartenance à une race ou une ethnie de la victime.

Justice clémente donc pour des membres d’un groupe radical qui continue de ratonner des intellectuels et artistes pro-palestiniens dans les rues de Paris.

Partagez :