Alcoolisé, un militaire contrôlé par la police déclare qu’il va “rejoindre Daesh”

Un jeune militaire âgé de 25 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Pau à 1 an de prison avec sursis pour apologie du terrorisme. L’homme était bourré au moment des faits.

Le 11 décembre 2015, un jeune militaire du 5e régiment d’hélicoptères de combat, une des unités d’élite de l’armée française, est arrêté en état d’ébriété par plusieurs agents de police. Rapidement le contrôle de routine dérape :

“C’est à cause de flics comme vous que les gens rejoignent l’Etat islamique (…) Je vais quitter l’armée pour rejoindre Daech”.

Après une nuit dans une cellule de dégrisement, le jeune homme déclare ne se rappeler de rien, pourtant l’accusation d’apologie de terrorisme lui font risquer la prison ferme.

Devant le tribunal correctionnel de Pau, le jeune homme explique à nouveau qu’il n’était pas dans son état et qu’il n’était pas maître de ses propos. Une excuse qui n’a pas suffi au procureur qui a demandé “six mois de prison avec sursis”.

“Même sous le coup d’une alcoolémie excessive et avec une perte de conscience, sont extrêmement graves (…) surtout lorsqu’ils sont prononcés par un militaire qui défend son pays et ses valeurs”.

Le tribunal est allé au-dessus des réquisitions du procureur en condamnant le jeune militaire à un an de prison avec sursis. L’homme a expliqué avoir été “viré par l’armée” qui ne renouvellera pas son contrat le 5 avril prochain.

Partagez :