Charlie Hebdo : Mohamed Kacimi, journaliste contraint d’avouer qu’il a menti [ #Islamophobie ]

Charlie Hebdo : Mohamed Kacimi, journaliste contraint d’avouer qu’il a menti

Mohamed Kacimi fait partie de cette catégorie de journalistes qui n’ont aucun scrupule et aucune déontologie.

Pourtant publié par de nombreuses maisons d’éditions, le Kacimi déroge à toute éthique. En effet, son texte déposé sur Facebook relatant sa présumée  rencontre avec des lycéens n’est que pur invention.

Il racontait avoir rencontré les étudiants d’un lycée de Banlieue (évidemment) qui auraient alors fait une apologie du terrorisme.

Selon lui, ces élèves auraient affirmé par rapport à la tuerie de Charlie Hebdo :

“Ils l’ont bien cherché. Ils ont eu ce qu’ils voulaient. Surtout notre Prophète, personne ne l’a vu, personne ne lui a serré la main, comment peuvent-ils le dessiner.”

Pire encore dans son délire mythomane islamophobe, il avance qu’un élève lui aurait dit :

” Monsieur, faut que je vous dise une chose, c’est la guerre, ça va être la guerre nous les musulmans et les autres, les juifs et les chrétiens, la guerre à mort.”

Comme les journaleux se font un plaisir de conforter cette ambiance islamophobe, toutes les rédactions ont repris pour argent comptant ce témoignage mensonger.

D’ailleurs même, Finkielkraut l’a repris le soir d’une émission en direct à une heure de grande écoute devant une Pulvar béate

Sauf qu’il n’en est rien puisque cet écrivain sans professionnalisme avait tout inventé.

C’est l’équipe enseignante de ce lycée qui s’est offusquée de ce témoignage monté de toute pièce. En effet, Mohamed Kacimi dramaturge était intervenu dans l’établissement pour parler de Théâtre. Les enseignants confirmant cela:

” Nos élèves avaient échangé avec lui pendant cinquante minutes. Il n’y a pas eu de violences, d’éclats de voix. C’est lui qui a parlé de Charlie Hebdo, alors que ce n’était pas du tout le sujet.”

Pris sur le fait, Mohamed Kacimi se rétracte et admet avoir entendu cela dans d’autres établissements.

Mais quand la presse lui demande de citer les établissements en question, Mohamed Kacimi explique ne pas vouloir donner leurs noms et par la même occasion coupe son téléphone

Vous remarquerez que malgré le grand écho donné à cette ” fausse” affaire afin de susciter haine et tension dans la société, aucun média n’a choisi de s’excuser auprès des populations de banlieue musulmane visée clairement par cet appel à la haine.

Une preuve de plus qu’une grande partie de la classe mediatico-politique fait tout pour favoriser l’islamophobie et les tensions bellicistes.

Partagez :