Un politique algérien accuse les USA et l’Arabie Saoudite de complot contre l’Algérie

En quelques mois, le prix du baril de pétrole a presque été divisé par deux, passant de 115 dollars en juin dernier à  près de 60 dollars aujourd’hui. Pour le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, les premiers responsables sont les États-Unis et l’Arabie Saoudite.

Lors d’un discours à Tizi-Ouzou, le patron du FLN (premier parti politique algérien) a prévenu ses militants d’“un complot américain avec la complicité de l’Arabie saoudite qui vise à affamer le peuple algérien”.

L’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), sous les ordres de l’Arabie Saoudite, refuse de diminuer sa production de pétrole afin de stabiliser le prix du pétrole et éviter un crash économique des principaux producteurs.

“Il y a un plan américain qui veut imposer son hégémonie à nouveau. Après avoir achevé militairement les pays où ils pouvaient intervenir, voilà qu’il leur reste la Russie, l’Iran et l’Algérie contre lesquels ils mènent une guerre économique pour les affaiblir”, a rajouté Amar Saâdani.

De son côté, le sénateur américain John McCain a déclaré que Barack Obama et les Etats-Unis “devraient remercier l’Arabie Saoudite” pour son rôle “dans la baisse des prix du pétrole, qui a considérablement affecté” l’économie de la Russie, des propos qui concordent avec les accusations algériennes.

“Nous devons remercier nos amis saoudiens qui ont permis aux prix du pétrole de baisser et affecter considérablement l’économie de Vladimir Poutine”, a déclaré John McCain

Malgré les accusations de plus en plus nombreuses, l’Arabie Saoudite a fait savoir qu’elle ne comptait pas changer de stratégie. La réduction de la production de pétrole n’est pas dans l’agenda de la monarchie qui ne semble aucunement préoccupée par les conséquences de la chute des prix du baril sur l’économie de nombreux pays exportateurs.

“L’Arabie Saoudite ne conspire aucunement dans la chute des prix de pétrole pour nuire à d’autres pays. Ce n’est pas dans l’intérêt des producteurs de l’Opep de réduire leur production, quel que soit le prix. Qu’il soit de 20 dollars, 40 dollars, 50 dollars ou 60 dollars, cela n’a pas de sens» a déclaré le ministre saoudien du pétrole, Ali Al-Nouaïmi.

En Ukraine, la Russie a entamé un bras de fer avec les États-Unis en empêchant les révolutionnaires pro-occidentraux de prendre totalement le pouvoir. La partie russophone de l’Ukraine a refusé la révolution colorée organisée par les officines américaines. De nombreux ukrainiens, soutenus par la Russie, combattent dorénavant contre l’armée régulière ukrainienne.

Vladimir Poutine, élu personnalité la plus influente de l’année, a entamé un bras de fer qu’il semblait pouvoir tenir longtemps grâce à ses nouvelles alliances en Asie. Cependant, la stratégie américano-saoudienne est en train de provoquer une véritable crise en Russie. Le président russe a accusé ouvertement les occidentaux d’être les principaux responsables de la chute du rouble (monnaie nationale). La situation économique du pays est jugée critique par les experts.

Partagez :